Bienvenue sur les archives forum du Parti Pirate


Le Parti Pirate refond complètement son forum et a migré vers un outil plus moderne et performant, Discourse !
Retrouvez nous ici : https://discourse.partipirate.org

La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

daniel
Capitaine pirate
Messages : 1122
Inscription : jeu. 18 févr. 2010, 20:14

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar daniel » ven. 15 juin 2012, 15:34

kabizbak a écrit :
daniel a écrit :Tout à fait. Ces données sont vérifiables. Par exemple par des tests où un homme et une femme propose une relation sexuelle à un inconnu du sexe opposé. Ces tests ont été effectués : 80 % de réussite pour la femme et 0 % réussite pour l'homme. :mrgreen:

l'IRM, l'IRM, l'IRM qui nous prouve tout ça !!! :twisted:

On veut des preuves mécaniques, neurologiques ! La sociologie c'est rien que des arguments intangibles de bisounours de gauche, de droite, du centre... on ne s'y retrouve jamais, vu qu'ils ne sont jamais d'accord entre eux. Un biologiste pourrait faire l'affaire, à la rigueur. Enfin quelqu'un susceptible d'avoir les couilles de pratiquer une lobotomie ou une dissection, bordel ! On veut du mécanique !!! On veut du lourd, daniel !!

Non, des preuves mécaniques et neurologiques ne seraient pas pertinentes. La seule chose qui compte pour le sexe opposé est ce qu'il perçoit. Donc l'acceptation ou le refus d'une relation sexuelle. C'est de cette manière que je définie la libido. Et c'est cette manifestation concrète de la libido qui détermine les relations sociales entre les hommes et les femmes. Ce n'est pas le fait de ressentir ou pas le plaisir qui compte mais le fait d'accepter une relation sexuelle ou pas.

Ce sont des choses facilement quantifiables et vérifiables. Et pas seulement par les chercheurs, (presque) tous les hommes et les femmes connaissent cette réalité. On parle d'une femme facile mais jamais d'un homme facile. Parce que un homme facile ne veut rien dire. :mrgreen:

kabizbak

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar kabizbak » ven. 15 juin 2012, 15:44

daniel a écrit :
Non, des preuves mécaniques et neurologiques ne seraient pas pertinentes. La seule chose qui compte pour le sexe opposé est ce qu'il perçoit. Donc l'acceptation ou le refus d'une relation sexuelle. C'est de cette manière que je définie la libido. Et c'est cette manifestation concrète de la libido qui détermine les relations sociales entre les hommes et les femmes. Ce n'est pas le fait de ressentir ou pas le plaisir qui compte mais le fait d'accepter une relation sexuelle ou pas.

Ce sont des choses facilement quantifiables et vérifiables. Et pas seulement par les chercheurs, (presque) tous les hommes et les femmes connaissent cette réalité. On parle d'une femme facile mais jamais d'un homme facile. Parce que un homme facile ne veut rien dire. :mrgreen:

Je ne saurais te dire, je ne comprends pas un traitre mot du dogme que tu me vends là. Je dois être trop animal pour ça... :wink:

daniel
Capitaine pirate
Messages : 1122
Inscription : jeu. 18 févr. 2010, 20:14

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar daniel » ven. 15 juin 2012, 15:49

RBouhl a écrit :Cette différence entre hommes et femmes dans leur rapport à la sexualité n'est qu'une question de société, d'éducation, de vécu, de valeurs, de morale personnelle.

Non, c'est faux. La forte libido est associée au sexe qui ne s'occupe pas naturellement de l'éducation des enfants dans la nature. Chez les primates les mâles ne s'occupent pas des petits. C'est pourquoi les mâles ont une libido plus forte que les femelles. La situation est différente chez les autruches où c'est le mâle qui s'occupe des petits et la femelle se comporte comme un homme par rapport à lui.

Les femmes ont besoin que l'homme s'occupe de la famille et elles contournent l'absence de l'instinct paternel par le sexe. L'éducation n'y changera pas grand chose, elle ne peut que compléter ou accompagner la réalité biologique.

kabizbak

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar kabizbak » ven. 15 juin 2012, 15:54

Ahhh le zoologue, on se rapproche du but, daniel ! :twisted:

daniel
Capitaine pirate
Messages : 1122
Inscription : jeu. 18 févr. 2010, 20:14

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar daniel » ven. 15 juin 2012, 15:54

kabizbak a écrit :
daniel a écrit :
Non, des preuves mécaniques et neurologiques ne seraient pas pertinentes. La seule chose qui compte pour le sexe opposé est ce qu'il perçoit. Donc l'acceptation ou le refus d'une relation sexuelle. C'est de cette manière que je définie la libido. Et c'est cette manifestation concrète de la libido qui détermine les relations sociales entre les hommes et les femmes. Ce n'est pas le fait de ressentir ou pas le plaisir qui compte mais le fait d'accepter une relation sexuelle ou pas.

Ce sont des choses facilement quantifiables et vérifiables. Et pas seulement par les chercheurs, (presque) tous les hommes et les femmes connaissent cette réalité. On parle d'une femme facile mais jamais d'un homme facile. Parce que un homme facile ne veut rien dire. :mrgreen:

Je ne saurais te dire, je ne comprends pas un traitre mot du dogme que tu me vends là. Je dois être trop animal pour ça... :wink:

Voici un autre exemple. Prend un jeune homme et une jeune fille, les deux potables, et amène-les dans une boîte de nuit. Demande à chacun d'embrasser le plus de personnes du sexe opposé sur la bouche. Voici le résultat que tu obtiendras : la fille arrivera à embrasser presque tous les garçons de la boîte à part ceux qui sont surveillés par la copine du garçon. Et le garçon sera très content s'il arrivera à embrasser quelques filles dans la soirée. :lol:

kabizbak

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar kabizbak » ven. 15 juin 2012, 15:58

daniel a écrit :
Voici un autre exemple. Prend un jeune homme et une jeune fille, les deux potables, et amène-les dans une boîte de nuit. Demande à chacun d'embrasser le plus de personnes du sexe opposé sur la bouche. Voici le résultat que tu obtiendras : la fille arrivera à embrasser presque tous les garçons de la boîte à part ceux qui sont surveillés par la copine du garçon. Et le garçon sera très content s'il arrivera à embrasser quelques filles dans la soirée. :lol:

Sans doute. Mais tu veux dire quoi en fait ? Je ne vois pas bien ce qu'il y a à tirer (pardon de ce terme vaguement graveleux) de toute ta supercherie ? Expliques-nous le fond de ta pensée... :roll:

RBouhl
Matelot
Messages : 83
Inscription : lun. 28 mars 2011, 11:38
Clé Publique GPG/PGP : https://grunt.fdn.fr/GPG_6B13664C.txt
Contact :

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar RBouhl » ven. 15 juin 2012, 16:00

kabizbak a écrit :
daniel a écrit :
Voici un autre exemple. Prend un jeune homme et une jeune fille, les deux potables, et amène-les dans une boîte de nuit. Demande à chacun d'embrasser le plus de personnes du sexe opposé sur la bouche. Voici le résultat que tu obtiendras : la fille arrivera à embrasser presque tous les garçons de la boîte à part ceux qui sont surveillés par la copine du garçon. Et le garçon sera très content s'il arrivera à embrasser quelques filles dans la soirée. :lol:

Sans doute. Mais tu veux dire quoi en fait ? Je ne vois pas bien ce qu'il y a à tirer (pardon de ce terme vaguement graveleux) de toute ta supercherie ? Expliques-nous le fond de ta pensée... :roll:

La conclusion me semble assez évidente : il y a globalement une inégalité homme/femme dans la capacité à accéder à des relations sexuelles. Cette inégalité crée un contexte favorable à la prostitution.

daniel
Capitaine pirate
Messages : 1122
Inscription : jeu. 18 févr. 2010, 20:14

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar daniel » ven. 15 juin 2012, 16:06

kabizbak a écrit :
daniel a écrit :
Voici un autre exemple. Prend un jeune homme et une jeune fille, les deux potables, et amène-les dans une boîte de nuit. Demande à chacun d'embrasser le plus de personnes du sexe opposé sur la bouche. Voici le résultat que tu obtiendras : la fille arrivera à embrasser presque tous les garçons de la boîte à part ceux qui sont surveillés par la copine du garçon. Et le garçon sera très content s'il arrivera à embrasser quelques filles dans la soirée. :lol:

Sans doute. Mais tu veux dire quoi en fait ? Je ne vois pas bien ce qu'il y a à tirer (pardon de ce terme vaguement graveleux) de toute ta supercherie ? Expliques-nous le fond de ta pensée... :roll:

Que la libido des femmes et des hommes ne sont pas comparables. Que la demande du sexe de la part des hommes est supérieure à celle des femmes. Donc les femmes profitent de ce déséquilibre en leur faveur pour obtenir des contreparties en échange d'une relation sexuelle et cet échange est à la base des relations homme-femme chez l'espèce humaine et mâle-femelle chez les primates. Et ce déséquilibre n'est pas culturel mais biologique donc impossible à faire disparaître par l'éducation.

L'absence d'un équilibre global entre la demande des hommes et des femmes empêche que la sexualité puisse être isolée du reste du comportement social. Il faudrait que la sexualité soit équilibrée et ce n'est pas le cas. Même chez les bonobos la sexualité est utilisée dans le cadre social comme un moyen d'échange.

RBouhl
Matelot
Messages : 83
Inscription : lun. 28 mars 2011, 11:38
Clé Publique GPG/PGP : https://grunt.fdn.fr/GPG_6B13664C.txt
Contact :

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar RBouhl » ven. 15 juin 2012, 16:19

daniel a écrit :Et ce déséquilibre n'est pas culturel mais biologique donc impossible à faire disparaître par l'éducation.

Sur ce point je ne suis pas d'accord avec toi. Même s'il y avait une différence biologique, la culture a tellement d'influence qu'il serait possible d'inverser cette différence dans une société qui s'y emploierait.

Par exemple : biologiquement, les poils qui apparaissent à la puberté ont une fonction positive dans la séduction (diffusion de phéromones). Pourtant nous vivons dans une société où l'absence de poil est considérée comme désirable chez les femmes (et, de plus en plus, chez les hommes). C'est bien le signe que la culture peut totalement renverser des fonctionnalités biologiques.

L'absence d'un équilibre global entre la demande des hommes et des femmes empêche que la sexualité puisse être isolée du reste du comportement social. Il faudrait que la sexualité soit équilibrée et ce n'est pas le cas. Même chez les bonobos la sexualité est utilisée dans le cadre social comme un moyen d'échange.[/justify]

Il me semble que la société bonobo est beaucoup moins cadrée que la notre sur le plan de la sexualité : les relations homosexuelles ou incestueuses n'y sont pas rares, et je ne suis pas certain qu'il y ait le même déséquilibre hommes/femmes chez les bonobos que dans la société humaine.
Autrement dit, les bonobos ressemblent davantage à une bande de joyeux partouzeurs qu'à un type de 40 ans qui va voir les prostituées en cachette parce que ça fait des années que sa femme n'a plus envie de lui.

daniel
Capitaine pirate
Messages : 1122
Inscription : jeu. 18 févr. 2010, 20:14

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar daniel » ven. 15 juin 2012, 16:37

RBouhl a écrit :
daniel a écrit :Et ce déséquilibre n'est pas culturel mais biologique donc impossible à faire disparaître par l'éducation.

Sur ce point je ne suis pas d'accord avec toi. Même s'il y avait une différence biologique, la culture a tellement d'influence qu'il serait possible d'inverser cette différence dans une société qui s'y emploierait.

Par exemple : biologiquement, les poils qui apparaissent à la puberté ont une fonction positive dans la séduction (diffusion de phéromones). Pourtant nous vivons dans une société où l'absence de poil est considérée comme désirable chez les femmes (et, de plus en plus, chez les hommes). C'est bien le signe que la culture peut totalement renverser des fonctionnalités biologiques.

Non, ce n'est pas le cas. L'absence des poils est un signe de la jeunesse et la jeunesse est un facteur de séduction chez les femmes. On procède ainsi à un arbitrage entre deux moyens de séduction différents. Il n'y a pas de renversement des fonctionnalités biologiques. Les études montrent que les critères physiques de sélection sexuelle sont stables et peu modifiables chez les hommes. Par contre ce n'est pas le cas chez les femmes. Un homme perçoit une femme moche moche même après avoir bu, une femme peut ne plus reconnaître un bel homme d'un homme moche après avoir bu. Ce n'est pas par hasard que les hommes font boire les femmes ...

Je ne pense pas que l'absence des poils améliore les capacités de séduction des hommes d'une manière importante. Je n'en ai jamais entendu parler.

RBouhl a écrit :
L'absence d'un équilibre global entre la demande des hommes et des femmes empêche que la sexualité puisse être isolée du reste du comportement social. Il faudrait que la sexualité soit équilibrée et ce n'est pas le cas. Même chez les bonobos la sexualité est utilisée dans le cadre social comme un moyen d'échange.[/justify]

Il me semble que la société bonobo est beaucoup moins cadrée que la notre sur le plan de la sexualité : les relations homosexuelles ou incestueuses n'y sont pas rares, et je ne suis pas certain qu'il y ait le même déséquilibre hommes/femmes chez les bonobos que dans la société humaine.
Autrement dit, les bonobos ressemblent davantage à une bande de joyeux partouzeurs qu'à un type de 40 ans qui va voir les prostituées en cachette parce que ça fait des années que sa femme n'a plus envie de lui.
Cette société de joyeux partouzeurs est probablement la seule alternative viable à la société actuelle avec les prostituées. :mrgreen:

Et je ne serai pas contre ce modèle de société. Je n'ai pas l'impression que les femmes l'accepteraient. Il est plus intéressant pour elles d'avoir des relations sexuelles avec des contreparties comme aujourd'hui que sans contreparties. L'Arabie Saoudite peut aussi nous fournir le pétrole gratuitement et elle ne le fait pas parce que nous sommes prêts à payer cher pour. Pourquoi une femme se priverait-elle de cette ressource ? Les hommes ne travailleraient plus, ils ne feraient que forniquer et regarder les matchs de foot à la télé en buvant la bière avec leurs potes. Les femmes n'ont rien à gagner, il leur resterait tout le boulot et l'éducation des enfants.

Je me rappelle maintenant d'une amie qui dit : "Pourquoi coucher avec les hommes gratuitement si l'on peut se faire payer ?". :lol:
Dernière édition par daniel le ven. 15 juin 2012, 16:52, édité 1 fois.

lou
Messages : 7
Inscription : jeu. 14 juin 2012, 21:32
Localisation : Rennes

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar lou » ven. 15 juin 2012, 16:52

Un homme perçoit une femme moche moche même après avoir bu, une femme peut ne plus reconnaître un bel homme d'un homme moche après avoir bu. Ce n'est pas par hasard que les hommes font boire les femmes ...


:shock:

daniel
Capitaine pirate
Messages : 1122
Inscription : jeu. 18 févr. 2010, 20:14

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar daniel » ven. 15 juin 2012, 16:57

lou a écrit :
Un homme perçoit une femme moche moche même après avoir bu, une femme peut ne plus reconnaître un bel homme d'un homme moche après avoir bu. Ce n'est pas par hasard que les hommes font boire les femmes ...


:shock:

C'est un résultat surprenant. Les critères de sélection sexuelle des femmes sont plus compliqués que ceux des hommes. Un homme attribue le même degré d'attirance à des photos des femmes après avoir bu mais ce n'est pas le cas des femmes, elles n'attribuent pas la même évaluation à des photos des hommes après avoir bu.

Avatar de l’utilisateur
Maelgar
Loup de mer
Messages : 671
Inscription : jeu. 01 sept. 2011, 13:28

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar Maelgar » ven. 15 juin 2012, 17:09

kabizbak a écrit :
MorganeMerteuil a écrit :On peut arrêter les conneries et cesser d'utiliser le mot "violeur" quand ça nous arrange ? au moins par respect pour les personnes ayant été victimes de viol. Je l'ai déjà dit, mais comparer un rapport où il y a CONSENTEMENT à un rapport forcé, c'est des plus insultants et méprisants pour les personnes qui ont un jour été forcées.
à part dans les cas de mariage forcé, ou de prostitution sous la contrainte d'un tiers, comparer uns situation où la personne aurait pu dire non à une situation où la personne, malgré ses non, a été forcée à un rapport, ça dénote vraiment une méconnaissance dangereuse de ce qu'est le viol.

C'est ton point de vue, et non le mien. Convoque une assemblée de sages académiques pour que la langue française se conforme à ton dogme. Sais-tu qu'il est admis de parler de "violer un propriété', de "violer des droits", de "violer l'intimité", et sans doute encore de "violer" bien d'autres choses. Tu es obsédée par le cul-cul (la riflette) et tu veux nous imposer ton obsession pour justifier tes délires par le biais de ta sensiblerie à fleur de peau. Souffres que quelques uns ne soient ni de ton avis, ni de ta sensibilité.


Comme Morgane Merteuil l'ad déjà dit : le viol apparait à partir du moment où il n'y a pas de C-O-N-S-E-N-T-E-M-E-N-T. Ca va c'est assez gros ? Désolé, je peux pas le faire clignoter. Mais j'aurais aimé.

Violer une propriété = rentrer sur la propriété de quelqu'un sans le consentement de celui-ci.
Violer un droit = enfreindre le droit d'un individu sans l'accord préalable de cet individu
Violer l'intimité = prendre connaissance de l'intimité d'une personne sans la permission de cette personne.

Maintenant je veux bien savoir qui tord la langue française pour qu'elle se conforme à son dogme.
Et au passage, RIP le sujet. Quand on en vient à donner des cours de vocabulaire...
Libertés - Neutralité - Partage

Avatar de l’utilisateur
Maelgar
Loup de mer
Messages : 671
Inscription : jeu. 01 sept. 2011, 13:28

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar Maelgar » ven. 15 juin 2012, 17:24

daniel a écrit :Je ne parle pas des situations individuelles mais d'une situation globale. La demande globale du sexe de la part des hommes est supérieure à la demande globale du sexe de la part des femmes. Si la demande du sexe de la part des hommes était comparable à celle des femmes l'espèce humaine aurait disparu. Il faut qu'il y ait au moins un sexe avec une forte libido pour qu'une espèce puisse se reproduire.


Je zappe le paragraphe suivant car il exprime la même idée sous une autre forme, mais je le rejette aussi. Sérieusement, daniel, explique moi comment tu mesure la "demande globale de sexe" des hommes et des femmes (sachant que dans le tas il y a des homosexuels hein. ils ont de la demande en sexe aussi, et pourtant ne se reproduisent pas). Désolé de la digression.

La "demande globale de sexe" donc. Comment ça se mesure ? Tu as des sources appuyant tes dires, ou bien tu te base sur des perceptions personnelles (et donc forcément subjectives) ? Tu es au courant que tu vis dans une société marquée par deux millénaires de domination de l'idéologie judéo-chrétienne* ? Le désir féminin a été rejeté voir criminalisé, le désir masculin sanctifié. Au Moyen-Age, l'homosexualité masculine condamnait à l'enfer, alors que l'homosexualité féminine ne condamnait "que" au purgatoire. Pourquoi ? Parce que les hommes ne devaient pas gâcher leur semence, supérieure par nature à celle des femmes. On sait aujourd'hui que les hommes sont des usines à spermatos jusqu'à la mort alors que les femmes ont un nombre limité d'ovules : lequel des deux est le plus précieux ?
Comment peux-tu oser soutenir que "la demande globale en sexe des hommes est plus élevée" alors que tu n'observe que la manifestation de cette demande ? Le désir féminin (oui, demande globale ça me fait chier) existe aussi, mais il est culturellement réfréné depuis des générations. Donc je ne me hasarderais pas à dire qu'il est inférieur, supérieur ou égal au désir masculin, qui lui a été encouragé (un homme qui n'aime pas les femmes est une tantouze, un faible, une lavette, un sous-homme... Sympa la pression non ?)
Ton discours est caricatural, imprécis, entaché de subjectivité et le pire c'est que tu ne fais aucun effort pour combattre ces travers, malgré les nombreux topics où je suis intervenu pour te demander d'être plus précis, plus rigoureux dans tes développements. En un mot : ton discours est nul, c'est du néant, du vide. Rien. Il fait pschiiit. Voilà. Et je suis comme la Nature, j'ai horreur du vide. :mrgreen:

daniel a écrit par ailleurs a écrit :La demande du sexe de la part des hommes est supérieure à celle des femmes. [...] Et ce déséquilibre n'est pas culturel mais biologique donc impossible à faire disparaître par l'éducation. [...] Même chez les bonobos la sexualité est utilisée dans le cadre social comme un moyen d'échange.


L'homme est un animal social et raisonnable. Aristote. J'ai beaucoup de sympathies pour les bonobos, mais je n'en suis pas un. Car on peut me prouver les choses par la Raison, et on ne le peut pas avec les bonobos. Donc, si, ce déséquilibre est culturel. Sur la "demande de sexe" j'ai déjà écrit.



*Afin de ne pas allumer encore d'autres polémiques hors-sujet : je suis catholique, non pratiquant, et je considère que l’Église a longtemps perverti le message du Christ. Elle est sur la voie de la rédemption, grâce aux mouvement œcuméniques entre autre, mais ça prend du temps. Merci de ne pas argumenter sur ce détail donc.
Dernière édition par Maelgar le ven. 15 juin 2012, 17:38, édité 1 fois.
Libertés - Neutralité - Partage

kabizbak

Re: La prostitution : mafias, abolition, liberté, corps…

Messagepar kabizbak » ven. 15 juin 2012, 17:34

Maelgar a écrit :[
Comme Morgane Merteuil l'ad déjà dit : le viol apparait à partir du moment où il n'y a pas de C-O-N-S-E-N-T-E-M-E-N-T. Ca va c'est assez gros ? Désolé, je peux pas le faire clignoter. Mais j'aurais aimé.

oh bah tu peux hurler, tout ce que tu veux : un consentement obtenu sous la contrainte n'est pas un consentement. Une contrainte économique est une contrainte. Le consentement des prostituées n'en est donc pas un, et leurs clients ne sont en réalité que des violeurs.


Revenir vers « Santé »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités