Bienvenue sur les archives forum du Parti Pirate


Le Parti Pirate refond complètement son forum et a migré vers un outil plus moderne et performant, Discourse !
Retrouvez nous ici : https://discourse.partipirate.org

Désarmement de la police

Avatar de l’utilisateur
OSB
Loup de mer
Messages : 624
Inscription : lun. 26 mars 2012, 16:16
Localisation : Paris 13eme

Re: Désarmement de la police

Messagepar OSB » ven. 29 juin 2012, 17:09

Je ne vois réellement pas ce que ta vidéo est supposée prouver... Le mec n'est pas en train de dézinguer les passants, il fait le guet au cours d'un hold-up. Faire intervenir des flics armés à ce moment là, c'est presque à coup sûr provoquer la fusillade. Comme Flecointre l'explique très intelligemment, on a bien plus intérêt à tendre une souricière pour attraper les mecs un peu plus loin qu'intervenir en pleine rue en provoquant une escalade et des tirs dans tous les sens.

Par ailleurs personne ne prétend qu'il faille désarmer les forces de l'ordre de façon générale. Mais la plupart des interventions de routine type contrôle d'identité, verbalisation d'automobilistes...etc à supposer même qu'elles soient justifiées ce qui est loin d'être toujours évident, ne requièrent en aucune façon l'emploi d'armes. Les armes dans ces cas de figure sont presque toujours un désavantage pour les policiers, soit qu'ils tuent des personnes inoffensives, soit qu'ils soient tués par de vrais malfrats lorsque le mec contrôlé se trouve par pur hasard être réellement un mec très dangereux (ou une femme d'ailleurs).

Il est très important, en revanche, qu'on distingue bien la police de proximité non armée de la police anti-criminalité armée avec des uniformes très différents.

Avatar de l’utilisateur
Zali L. Falcam
Loup de mer
Messages : 660
Inscription : mer. 23 mai 2012, 11:45
Contact :

Re: Désarmement de la police

Messagepar Zali L. Falcam » ven. 29 juin 2012, 17:47

Je ne vois réellement pas ce que ta vidéo est supposée prouver... Le mec n'est pas en train de dézinguer les passants, il fait le guet au cours d'un hold-up. Faire intervenir des flics armés à ce moment là, c'est presque à coup sûr provoquer la fusillade.


Exactement. Je suggère même de lui lancer des grenades, au gars, histoire de voir si ça le calme.

Concrètement, là, qu'est-ce que tu peux faire ? Leur coller une arme sur la tempe histoire d'être certain qu'il y ait une prise d'otage ?
De retour de vacances, donc pleinement joignable, avec un million de dossiers en retard sur le bureau.
Je suis votre aimable et dévoué modérateur chéri, à votre disposition par MP pour toute question.

Si vous êtes gentil, n'hésitez pas à me faire coucou sur mon blog.

Si vous souhaitez aider, l'équipe qui s'occupe de synthèses de débat recrute toutes les bonnes âmes !
Vous trouverez des propositions malhonnêtes ici, où vous pourrez voir en quoi tout cela consiste. Venez nombreux, on mord pas !

Ogulak
Loup de mer
Messages : 924
Inscription : jeu. 27 août 2009, 11:57

Re: Désarmement de la police

Messagepar Ogulak » sam. 30 juin 2012, 02:15

Je ne vois réellement pas ce que ta vidéo est supposée prouver... Le mec n'est pas en train de dézinguer les passants, il fait le guet au cours d'un hold-up. Faire intervenir des flics armés à ce moment là, c'est presque à coup sûr provoquer la fusillade.


Le gars a un pompe (modifié) à la main en pleine rue mais tout va bien avec les passants tranquille ? Oui laissons faire un peu comme les caméras de surveillance: on laisse faire et on attrapera après...ou pas (en l'occurence pas dans cette histoire comme quoi).

Là concrètement Zali il fallait envoyer du monde à coté pour les bloquer mais comme les 3/4 qui étaient à coté étaient justement "démunis" (entendez que ok ils ont une arme mais c'est pas une bac ou un psig) ben un coup de T Max et voilà. Ca rejoint ce que je disais: formation et armes.

Après chacun a son avis :)
"Avec deux lignes d’écriture d’un homme, on peut faire le procès du plus innocent."

Avatar de l’utilisateur
Gautier
Loup de mer
Messages : 705
Inscription : dim. 01 avr. 2012, 18:46

Re: Désarmement de la police

Messagepar Gautier » sam. 30 juin 2012, 10:19

Ils ont raison, la doctrine de la Police n'est certainement pas d'encercler dans un cas de figure pareil. La possibilité qu'ils prennent des otages dans la bijouterie et que des passants soient blessés est beaucoup trop élevée pour que les forces de l'ordre choisissent de prendre ce risque. Oui la doctrine d'intervention revient parfois à laisser filer des braqueurs plutôt que de risquer la vie des passants. Je vois pas ce que ça a de choquant, cela me semble normal vu que c'est le premier rôle de la police: nous protéger. Protéger nos biens n'est que secondaire comparé à cette mission là.
Si ils n'ont pas été attrapés là, ils le seront un jour... faire toute une carrière de banditisme sans finir en taule pour très longtemps c'est un exploit que bien peu de gens sont parvenus à accomplir.

Il est assez probable que le commissariat ait été informé du braquage et décidé de ne pas intervenir.
Tu es sur que 2 ans après les mecs n'ont toujours pas été gaulés ? J'en doute. Les unités de répression du grand banditisme sont efficaces.

EDIT : je ne suis pas favorable au désarmement de la Police, au fait.
Dernière édition par Gautier le sam. 30 juin 2012, 10:48, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Elzea
Pirate
Messages : 241
Inscription : lun. 11 juin 2012, 12:01
Clé Publique GPG/PGP : 0x41514DAC

Re: Désarmement de la police

Messagepar Elzea » sam. 30 juin 2012, 10:47

Je pense, peut-être à tord, que les arguments d'ogulak en faveur d'une police armée et réactive ne sont pas à extraire de sa démarche (si je sur-interprète ogulak dis le moi).

Je ne pense pas qu'il soit membre de la NRA hein, ses déductions relèvent en partie/peut-être, d'un positionnement contre l'usage intensif de caméra de vidéo surveillance au détriment des équipes de préventions spécialisées, mais aussi de la présence de la PM et des fonds qui leurs sont alloués... d'où le fait, j'ai l'impression, qu'il lui faille trouver des arguments "entendables" dans une région bien sécuritaire, telle que la notre(PACA et 06 en particulier) pour qu'à défaut de se donner du poids on ne se discrédite pas devant une population vieillissante et souvent flippée...

Entre deux maux (ah les relents anars...) on choisi le moindre... bien-sûr si il y a une ouverture sans maux qui fasse l'unanimité, sans qu'elle ça soit taxée d'utopiste, je prends (Cette perspective ne me semble abordable que si nous avons un minimum "d'emprise"/d'impact sur le contexte, premier déterminant de nos postures, àmha , enfin le jour où la puissance de l'amour remplacera l'amour de la puissance ... ce jour là je mettrai un bisounours pour avatar)

Mon cœur me dit, "faut pacifier, faut désarmer"... mais je pense que l'électorat du coin a entendu " faut pas s'y fier, faut des armées"...

Je rejoins évidement le camps de ceux qui disent qu'il vaut mieux faire l'amour plus souvent qu'entretenir des guéguerres infiniment... ah le contexte...

je me verrai bien en Robin des bois tiens, ça ne me choquerait pas outre-mesure de voler joyeusement, avec mon pistolet à bouchon s’entend, un milliard par ci par là, à ceux qui me paraissent un peu trop excédentaires du compte en banque ...surtout si je continuais à être confronté à une précarité croissante... ça me dérangerait, en revanche, de me faire sniper pour tentative autant subjective que malhonnête de répartition social ... évidement...
« Si tu es seul à rêver, ce n'est qu'un rêve,
si vous rêvez à plusieurs, c'est la réalité qui commence. »

Avatar de l’utilisateur
Amatai
Matelot
Messages : 190
Inscription : mar. 12 juin 2012, 17:02
Localisation : Paris

Re: Désarmement de la police

Messagepar Amatai » sam. 30 juin 2012, 11:19

Ogulak a écrit :comme les 3/4 qui étaient à coté étaient justement "démunis" (entendez que ok ils ont une arme mais c'est pas une bac ou un psig)

Si ils ont une arme qui leur sert à rien sans les groupes d'intervention. Pourquoi ont ils une armes? Si ils ne peuvent pas s'en servir, autant la supprimer.

Elzea a écrit :Mon cœur me dit, "faut pacifier, faut désarmer"... mais je pense que l'électorat du coin a entendu " faut pas s'y fier, faut des armées"...

Jolie jeu de mot.
L'électorat qui réclame à cœur et à cri une armée pour "pacifier" est il l'électorat que nous visons prioritairement?
Le drapeau europe-pirate a été fait par Hadrien Lagrange.

Ogulak
Loup de mer
Messages : 924
Inscription : jeu. 27 août 2009, 11:57

Re: Désarmement de la police

Messagepar Ogulak » sam. 30 juin 2012, 21:41

Ogulak a écrit:comme les 3/4 qui étaient à coté étaient justement "démunis" (entendez que ok ils ont une arme mais c'est pas une bac ou un psig)


Si ils ont une arme qui leur sert à rien sans les groupes d'intervention. Pourquoi ont ils une armes? Si ils ne peuvent pas s'en servir, autant la supprimer.


Où as tu vu qu'ils ne peuvent pas s'en servir ? Je dis juste que les 3/4 ont une arme mais ne sont pas formés c'est tout.

Ils ont raison, la doctrine de la Police n'est certainement pas d'encercler dans un cas de figure pareil.


Je n'ai pas dit "encercler" mais "envoyer du monde à coté", je reconnais que c'était flou. En gros les attendre à 500m/1km pour soit les catcher discretos plus loin soit juste voir où ils vont quitte à venir les chercher après.

Je ne pense pas qu'il soit membre de la NRA hein, ses déductions relèvent en partie/peut-être, d'un positionnement contre l'usage intensif de caméra de vidéo surveillance au détriment des équipes de préventions spécialisées, mais aussi de la présence de la PM et des fonds qui leurs sont alloués... d'où le fait, j'ai l'impression, qu'il lui faille trouver des arguments "entendables" dans une région bien sécuritaire, telle que la notre(PACA et 06 en particulier) pour qu'à défaut de se donner du poids on ne se discrédite pas devant une population vieillissante et souvent flippée...


Y a de ça aussi, on peut pas demander aux habitants (de là où j'habite) du jour au lendemain de tout enlever (caméras et armes à feu), ça va couiner (après c'est sur, on peut passer outre mais quid de l'implication de ceux-ci alors ?). Ben "arguments entendables" oui et non juste que chacun a ses priorités et pour moi la vidéosurveillance est devant le désarmement de la police.
Je concède quand même que je suis favorable à un désarmement de la police municipale (comme dit avant). On peut aussi arrêter la politique du chiffre et voir ce que ça donne.

L'électorat qui réclame à cœur et à cri une armée pour "pacifier" est il l'électorat que nous visons prioritairement?


Prioritairement peut-être pas, mais se couper de 40% d'électeurs est absurde.
"Avec deux lignes d’écriture d’un homme, on peut faire le procès du plus innocent."

Avatar de l’utilisateur
flct
Modérateur
Messages : 916
Inscription : mar. 29 mai 2012, 23:09

Re: Désarmement de la police

Messagepar flct » dim. 01 juil. 2012, 00:23

Bon globalement, tout le monde a compris pourquoi dans le cas cité en exemple, à moins d'ajuster un "tir à-tuer" le braqueur (neutralisation mais pas de situation de légitime défense), il est impensable à un ou deux ou même trois policiers d'être en mesure d'intervenir, même armé. D'ailleurs, ils ne disposent pas de l'armement suffisant pour ajuster ce tir de neutralisation en cas de besoin et devrait considérablement s'exposer à courte distance (15/20 mètre avec une arme de poing) pour maximiser leurs chances de réussite ... à moins que :
- le braqueur a une arme en plastique, ce qui est impossible de savoir à cette distance
- le braqueur ne soit pas tellement vaillant pour en faire usage, ce qui est hasardeux de présumer

donc armé ou pas, cela ne sert à rien. D'un autre coté, si le braqueur s'enfuit, ce n'est pas le nombre de personnes qui tentera de l'intercepter qui garantira une réussite. Tout tiens dans le rapport de force perçu par le fuyard. En théorie, voire en pratique d'ailleurs, deux véhicules, 4 personnes et 2 mitrailleuses légères suffisent si cet élément réussit à bloquer le fuyard de manière à ce qu'il ne lui reste que deux alternatives :
- engager le combat, face à deux mitrailleuses, on comprends qui à un rapport de force (très) minoritaire
- se rendre, ce qui, dans ce cas, sera le choix le plus judicieux

Évidement, la solution que je décrit est considérablement exagérée aux fins de mettre évidence la (possible) réalité que nous verrions apparaitre à encore plus armer les forces de l'ordre. La réponse efficace, mais pas automatique en pratique, serait de renseigner sur l'attitude du braqueur afin de définir une stratégie d'intervention, ou d'appliquer un plan d'intervention si les conditions le permettent, tout en s'assurant de la mise en sécurité de la population environnante. Dans les faits, le braqueur aura le temps de s'enfuir le temps que le dispositif d'intervention se mette en place ...
Toutefois, je suis pleinement conscient de deux facteurs qui tendent à "plus-armer" les forces de l'ordre :
- l'arsenal lourd à disposition ( fusil d'assaut, roquette anti-char) d'une frange réduite mais suffisamment déterminée de bandits
- l'apparition de personnes fanatisées n'ayant pas peur d'engager le combat mais si l'issue probable est la mort, cela a d'ailleurs été le cas à Toulouse où même face à une troupe suffisamment entrainée, la personne a su à la fois établir une stratégie pour durer et n'a pas hésité à monter à l'assaut, faisant quelques blessés au passage. L'arrêt de l'agression fut finalement donné par un "tir à tuer" avec un fusil de précision (selon le rapport)

Ainsi, ayant apportée au moins la preuve, sinon quelques doutes, sur l'inutilité de sur-armer les forces de l'ordre, tout en mettant en évidence que le besoin existe réellement dans des cas exceptionnels, mais suffisant de par leurs conséquences pour ne pas être négligé, il reste à se poser la question des autres voies visant à réduire la criminalité en agissant plus sur ses causes (ou ses racines) plutôt que sur ses conséquences.

pers a écrit :en particulier, cela pourrait mettre un frein à la militarisation croissante des rapports sociaux, notamment dans les zones de populations pauvres, où la présence de l'État est de plus en plus perçue (et organisée) comme une occupation autoritaire en milieu exogène et hostile.

En re-parcourant le sujet, je remarque cette phrase qui place bien le contexte. L'idée ambiante serait de plus armer les forces de l'ordre ou d'utiliser des unités spécialisées rapidement projetables afin de contenir les situations à conflits. Ainsi est la doctrine sécuritaire depuis 2004 : Les flics ne sont pas là pour faire du social. 8 ans plus tard, il semble que la situation n'ai pas tellement changée. Alors, en France, dans un état de droit cela pourrait s'accepter. Permettez moi alors d'introduire la notion de "conflit de basse intensité" par une brève citation :
Pour ce qui la concerne, la notion de conflit de basse intensité traduit tout d’abord le fait qu’il y a peu d’affrontements majeurs et, en tous cas, pas d’affrontement à mort. Elle s’applique donc à des situations conflictuelles dans lesquelles la dimension militaire n’est pas forcément prépondérante. L’objectif assigné aux forces armées y est de réduire le niveau de violence en maîtrisant la capacité d’action militaire des protagonistes sans jamais s’attaquer à leur force de manière résolument offensive. Cette situation répond à la situation des opérations de maintien de la paix dont l’objectif est la maîtrise des espaces et des acteurs de violence. Au niveau le plus élémentaire, elle peut se traduire par des opérations proches des opérations de police. Il en résulte une spécificité du rapport entre la force et le droit ainsi que des règles d’engagement marqué par le souci d’aboutir à la réconciliation des parties. En matière de gestion du conflit, il en résulte également une primauté du critère politico-militaire et non plus exclusivement militaire des conditions de son règlement. Au plan des équipements, ce type de conflit nécessite enfin souvent moins de matériels lourds qu’une capacité de projection rapide.

Voilà donc le cadre de la plupart des interventions militaires depuis la seconde guerre mondiale. Cela peut paraitre plein de sens dans un pays étranger pourtant nous pouvons observons "quasiment" les mêmes caractéristiques dans certaines zones françaises dont quelques uns ici ont su très justement décrire. Sauf que cela se passe en France pas à l'étranger. A l'étranger, il y a deux issues : le départ de l'unité militaire ou la résolution du problème sous-jacent. Je ne pense pas qu'il soit utile d’argumenter sur le fait que cette dernière option est (très) longue à concrétiser, si tant est qu'on y aboutisse un jour. La première n'est pas possible.

S'il s'agit de "démanteler les trafics d'armes" il serait déjà plus judicieux là aussi de traiter le problème à la source. Qui fabriques les armes ? Qui les vends ? A qui ces armes sont vendus ? Vendre quelques milliers de fusils à une nation politiquement instable c'est justement alimenter le trafic d'armes lorsque le contrôle de la-dite nation change de mains permettant à quelques personnes peu scrupuleuses de venir s'y approvisionner à moindre frais.

Pour ceux qui seraient tenter par l'arme non-létale dans le sens où elle ne tue pas et donc pourrait donner une réponse à la question d'armer ou pas les forces de l'ordre par sa substitution aux armes à feu, je tiens à rappeler quelque réalités :
1) Une arme de poing EST une arme d'auto-défense, une arme non-létale est une arme de neutralisation, donc nous sommes sortis du cadre de l'auto-défense.
2) Une arme non-létale est exclusivement utilisée sur des personnes qui ne présentent pas une menace suffisante qui aurait justifié l'emploi d'une arme à feu, on n'utilisera pas une arme non-létale sur un individu possédant une arme à feu à mois que la situation, souvent exceptionnelle, le permette (surprise). Dans tous les autres cas, l'exposition du policier pour faire usage de son arme non-létale est trop risquée.

Ainsi, ma position est que revendiquer plus de moyens armés et/ou plus d'unités spécialisées nous place de fait dans une situation à l'issue incertaine, alors que renforcer, voire reconstruire, un lien police-nation avec de vrais mesures de préventions, tant économiques que sociales, sont déjà de vrais engagements vers une solution durable.

Pour "la petite histoire", l'une des missions principales d'une unité sur un théâtre d’opération dit de "basse intensité" est justement de créer des liens durables avec la population locale par des initiatives économiques et sociales mais surtout, et avant tout, par une présence amicale marquée au sein de la population ...

Le fond de pensée de la dérive sécuritaire, de droite comme de gauche d'ailleurs, est la croyance absolue que quel que soit le contexte, la loi doit être absolument respectée. Que penser de ce jardinier père célibataire ayant perdu son travail en 2009, suite à une crise où manifestement il n'avait pas grand chose à voir, se retrouve en correctionnelle pour avoir cambrioler une maison et surtout son réfrigérateur afin de pouvoir nourrir ses enfants, ou de cette autre prenant 1 an ferme pour avoir voler des gouters dans des sacs d'écoliers ...

Et je ne parle pas de tous les autres concepts, que certains nomment à raison de "pré-crime"en référence à un science-fiction, qui tendent à trouver la raison de leur existence dans l'idéal de pouvoir "anticiper" les situations à conflits par l'introduction massive de moyens aussi technologiques qu'intrusif. Je ne saurai que trop conseiller de suivre le le blog de @manach http://bugbrother.blog.lemonde.fr/ qui a une approche vraiment réaliste, et pour le coup anticipée, de la prochaine dérive à venir. A ce sujet, je ne suis pas loin de penser que persister à promouvoir des dispositifs "HADOPIstes" ou "ACTAiens" n'est qu'un moyen détourné, ou une tentative, de justifier cette dérive. Sur cette dernière affirmation, je peux m'expliquer afin d'échapper au qualificatif "complotiste" mais cela serait hors sujet ici.
N'avions-nous pas trop pris l'habitude de nous contenter de connaissances incomplètes et d'idées insuffisamment lucides ? Notre système de gouvernement se fondait sur la participation des masses. Or, ce peuple auquel on remettait ainsi ses propres destinées et qui n'était pas incapable de choisir les voies droites, qu'avons-nous fait pour lui fournir ce minimum de renseignements nets et sûrs, sans lesquels aucune conduite rationnelle n'est possible ? Rien en vérité. Telle fut la grande faiblesse de notre système, prétendument démocratique, tel fut le pire crime de nos prétendus démocrates.

Avatar de l’utilisateur
Zali L. Falcam
Loup de mer
Messages : 660
Inscription : mer. 23 mai 2012, 11:45
Contact :

Re: Désarmement de la police

Messagepar Zali L. Falcam » dim. 01 juil. 2012, 07:32

Reprenons cette situation de la vidéo. Nous avons établi que la seule chose qui "pourrait marcher", c'est à dire neutraliser le type à distance, avait ses faiblesses mais, mettons, existait.

Bon, déjà, admettons qu'on lui tire dessus. Soit c'est pour le tuer, soit c'est pour le neutraliser. Dans le second cas, ça me semble extrêmement hasardeux, et rien ne garantit qu'il ne se mette pas à tirer dans la foule, ou que ses collègues ne déciment pas le personnel de la bijouterie. Dans le second, ça pose d'autres problèmes :

1) On le rate. Bien joué, vous avez un type qui tire dans la foule.
2) On le touche, bien joué vous avez une bijouterie pleine d'otages.
3) On le touche et en plus on le tue. Bien joué vous avez une bijouterie pleine d'otages et un type mort parce qu'il volait des bijoux.

Comme il a été dit, la police ne tirera JAMAIS (si elle fait son travail de protection de la population) sur un type en train de faire un braquage avec des citoyens en danger. D'où l'idée de l'attraper en "terrain neutre". Je ne vois absolument pas ce que le policier en patrouille peut faire dans ce cas précis, à part appeler des renforts et s'assurer de ne pas lui même se faire descendre.
Après, pour les gens qui essayeront de le coincer, de l'arrêter, de lui faire peur pour qu'il se rende, etc. bref pour la suite, les policiers doivent avoir tous les moyens nécessaires de faire respecter la loi et de protéger leur propre vie, bien entendu.
De retour de vacances, donc pleinement joignable, avec un million de dossiers en retard sur le bureau.
Je suis votre aimable et dévoué modérateur chéri, à votre disposition par MP pour toute question.

Si vous êtes gentil, n'hésitez pas à me faire coucou sur mon blog.

Si vous souhaitez aider, l'équipe qui s'occupe de synthèses de débat recrute toutes les bonnes âmes !
Vous trouverez des propositions malhonnêtes ici, où vous pourrez voir en quoi tout cela consiste. Venez nombreux, on mord pas !

Avatar de l’utilisateur
pers
Archange des mers
Messages : 5235
Inscription : mer. 18 juil. 2007, 20:38

Re: Désarmement de la police

Messagepar pers » dim. 01 juil. 2012, 10:22

Et, juste une petite question au passage : la peine de mort est légale depuis quand ici ? (Sans procès, au passage ?)
La liberté, c'est l’esclavage.
La guerre, c'est la paix.
L'ignorance, c'est la force.
La démocratie, c'est l'Amendement 13.

Ogulak
Loup de mer
Messages : 924
Inscription : jeu. 27 août 2009, 11:57

Re: Désarmement de la police

Messagepar Ogulak » dim. 01 juil. 2012, 12:24

Reprenons cette situation de la vidéo


Reprends ce que tu veux, j'ai dit ce que j'en pensais et j'en démords pas. Je n'ai pas dit qu'il fallait lui tirer dessus juste qu'on ait des personnes armées et formées qui interviennent.

Et, juste une petite question au passage : la peine de mort est légale depuis quand ici ? (Sans procès, au passage ?)


Depuis que la loi autorise ses forces armées à tirer dans certains cas ?
"Avec deux lignes d’écriture d’un homme, on peut faire le procès du plus innocent."

Avatar de l’utilisateur
flct
Modérateur
Messages : 916
Inscription : mar. 29 mai 2012, 23:09

Re: Désarmement de la police

Messagepar flct » dim. 01 juil. 2012, 12:40

Depuis que la loi autorise ses forces armées à tirer dans certains cas ?

Non désolé, le seul et unique cas c'est la légitime défense pour le policer lui-même et/ou les biens (certains) et/ou les personnes qu'il protège et qui n'a pas pour but de tuer mais de faire cesser la situation dangereuse.
Par exemple, un policier sous le feu peut riposter mais si l'agresseur cesse de tirer, il ne doit en aucun cas continuer à faire usage de son arme.
Dernière édition par flct le dim. 01 juil. 2012, 13:35, édité 1 fois.
N'avions-nous pas trop pris l'habitude de nous contenter de connaissances incomplètes et d'idées insuffisamment lucides ? Notre système de gouvernement se fondait sur la participation des masses. Or, ce peuple auquel on remettait ainsi ses propres destinées et qui n'était pas incapable de choisir les voies droites, qu'avons-nous fait pour lui fournir ce minimum de renseignements nets et sûrs, sans lesquels aucune conduite rationnelle n'est possible ? Rien en vérité. Telle fut la grande faiblesse de notre système, prétendument démocratique, tel fut le pire crime de nos prétendus démocrates.

Ogulak
Loup de mer
Messages : 924
Inscription : jeu. 27 août 2009, 11:57

Re: Désarmement de la police

Messagepar Ogulak » dim. 01 juil. 2012, 13:18

flecointre a écrit :
Depuis que la loi autorise ses forces armées à tirer dans certains cas ?


Non désolé, le seul est unique cas c'est la légitime défense pour le policer lui-même et/ou les biens (certains) et/ou les personnes qu'il protège et qui n'a pas pour but de tuer mais de faire cesser la situation dangereuse.
Par exemple, un policier sous le feu peut riposter mais si l'agresseur cesse de tirer, il ne doit en aucun cas continuer à faire usage de son arme.


En es-tu sur ?
"Avec deux lignes d’écriture d’un homme, on peut faire le procès du plus innocent."

Avatar de l’utilisateur
flct
Modérateur
Messages : 916
Inscription : mar. 29 mai 2012, 23:09

Re: Désarmement de la police

Messagepar flct » dim. 01 juil. 2012, 13:28

De wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gitime_d%C3%A9fense
Concernant les individus

En France, pour agir dans le cadre de la légitime défense des personnes, l'agression contre soi-même ou autrui doit être :

actuelle : le danger est imminent ;
Injustifiée : l'agression est interdite – riposter aux forces de polices pendant une manifestation par exemple ne peut être considéré comme de la légitime défense
réelle : l'agression ne doit pas être putative.

Parallèlement, la défense doit être :

nécessaire : il n'y a aucun autre moyen de se soustraire au danger ;
concomitante : la réaction doit être immédiate, par exemple : on ne doit pas agir par vengeance ou dans le but de stopper l'agresseur en fuite ;
proportionnée à l'agression : il ne doit pas y avoir d'excès dans la riposte.

Il existe en droit français certains cas où il y a présomption de légitime défense : le défendeur n'aura pas à prouver qu'il était en état de légitime défense. La charge de la preuve est supportée par la partie adverse.

Concernant les biens

En France, la légitime défense s'applique également aux atteintes aux biens. Les conditions d'application sont les mêmes, à l'exception de l'homicide volontaire qui n'est en aucun cas légitimé dans la défense d'un bien.

Si concernant la défense des individus, la loi dispose d'une présomption de proportionnalité en faveur de la victime de l'agression, il appartient à la personne demandant le bénéfice de la légitime défense des biens de prouver que sa riposte était bien mesurée par rapport à l'agression.

La légitime défense ne peut être admise en matière d'atteinte aux biens que lorsque l'acte commis a pour objet d'interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit.

Pour les biens, cela peut concerner, par exemple, un commissariat de police ou un dépôt de munitions.

Code pénal - Article 122-5 http://www.legifrance.gouv.fr/affichCod ... 0006070719
N'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte.

N'est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu'un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l'infraction.

Pour illustrer cette deuxième partie, dans un dépôt de munitions, si un intrus est détecté, on ne peut faire usage d'une arme qu'après 3 sommations mais si l'intrus montre qu'il en ressort, l'usage de l'arme est interdit.

Code pénal - Article 122-7 http://www.legifrance.gouv.fr/affichCod ... e=20090602
N'est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s'il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace.
Dernière édition par flct le dim. 01 juil. 2012, 13:33, édité 1 fois.
N'avions-nous pas trop pris l'habitude de nous contenter de connaissances incomplètes et d'idées insuffisamment lucides ? Notre système de gouvernement se fondait sur la participation des masses. Or, ce peuple auquel on remettait ainsi ses propres destinées et qui n'était pas incapable de choisir les voies droites, qu'avons-nous fait pour lui fournir ce minimum de renseignements nets et sûrs, sans lesquels aucune conduite rationnelle n'est possible ? Rien en vérité. Telle fut la grande faiblesse de notre système, prétendument démocratique, tel fut le pire crime de nos prétendus démocrates.

Ogulak
Loup de mer
Messages : 924
Inscription : jeu. 27 août 2009, 11:57

Re: Désarmement de la police

Messagepar Ogulak » dim. 01 juil. 2012, 13:31

Je me suis mal exprimé au temps pour moi, mon "en es-tu sur ?" concernait le fait que tu dises que la légitime défense est le seul et unique cas d'utilisation des armes à feu.
"Avec deux lignes d’écriture d’un homme, on peut faire le procès du plus innocent."


Revenir vers « Justice »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité