Bienvenue sur les archives forum du Parti Pirate


Le Parti Pirate refond complètement son forum et a migré vers un outil plus moderne et performant, Discourse !
Retrouvez nous ici : https://discourse.partipirate.org

Agir pour la liberté culturelle

Avatar de l’utilisateur
Berserk
Loup de mer
Messages : 701
Inscription : mer. 27 mai 2009, 23:43

Messagepar Berserk » ven. 24 juil. 2009, 19:35

Citoyennes, citoyens,

Face à la mainmise des lobbies financiers sur le pouvoir politique,
Confrontés à la disparition de la sphère publique des débats démocratiques,
Déplorant la dévalorisation de l’Education et de toute culture,

Exigeons la garantie de nouveaux contre-pouvoirs,
Imposons le débat par la diffusion d’idées neuves,
Créons le projet d’une société axée sur la transmission culturelle et scientifique.


I) Réforme du droit d’auteur :
Protéger, valoriser et transmettre la culture

A) Changer de modèle économique

Face à la crise, les pouvoirs publics n’ont pas su prendre d’autre mesure que de renflouer les caisses des banques avec l’argent des contribuables.
Ce n’est pas acceptable. Le système bancaire est en faillite.
La crise actuelle démontre que notre système économique est non seulement instable, mais également inéquitable, amplifiant les inégalités sociales.
Il est de notre devoir de citoyens d’alerter l’opinion publique et de proposer un nouveau modèle économique, stable et performant.
Les valeurs bancaires, fleurons de l’économie traditionnelle européenne, sont aujourd’hui dépassées par les mutations culturelles et scientifiques actuelles, qui ouvrent de vastes perspectives pour la création et l’innovation.
Trop de retard a déjà été pris.
Sans plus attendre, notre société doit se détourner des valeurs matérialistes et déshumanisantes propagées par le système de la spéculation financière, et se tourner vers l’avenir.
La plus grande richesse de la France au sein de l’Europe et de la communauté internationale, ce n’est plus la puissance de production industrielle ni son successeur, le système bancaire.
Notre plus grande richesse aujourd’hui est incarnée par la Culture : les Sciences et le savoir-faire technologique ; l’Art et les créations culturelles.
Dans le domaine industriel, les entreprises françaises n’ont aucune chance de résister à la concurrence internationale, en raison d’une main d’œuvre trop qualifiée, moins nombreuse et donc trop chère, ce qui provoque des délocalisations désastreuses sur le plan de la vitalité économique de notre pays.
Le domaine financier est quant à lui instable et précaire : certes, il maintient temporairement l’économie française à un niveau de richesse, mais au prix de l’inégalité sociale et au risque de voir tout le système s’effondrer en temps de crise.
Les Français ne sont ni les meilleurs dans le domaine industriel ni les meilleurs dans le domaine bancaire.
En revanche, les Français sont pionniers en matière d’innovation scientifique et technique et de création artistique et culturelle.
Or, les politiques successives des pouvoirs publics ont ignoré ces atouts, ce qui nous a conduits à un retrait des moyens alloués à l’éducation, la culture et la recherche scientifique.
Nous devons, par le biais de l’expression démocratique, alerter l’opinion publique sur le fait que nous sommes en train de perdre nos plus grandes richesses.
Exigeons ensemble d’appuyer le développement économique sur nos ressources les plus importantes : l’éducation, la culture, la science, les nouvelles technologies et l’innovation.
Inventons un développement durable fondé sur la préservation et la valorisation de notre patrimoine culturel et scientifique.

B) Rémunérer la création et garantir le droit à la culture

Les industries françaises et le système bancaire doivent être soumis à l’impératif du développement culturel, et non l’inverse comme c’est le cas aujourd’hui.
La relance de l’économie ne peut pas se permettre d’ignorer les plus grandes richesses françaises. Il s’agit d’inscrire la société dans son ensemble dans le développement durable. C'est-à-dire d’une part de créer des emplois qualifiés et durables dans le domaine culturel et scientifique et d’autre part de rémunérer ces emplois à la mesure du travail accompli.
La question qui se pose ici est donc celle du financement de la culture et des recherches scientifiques.

- Mettre en partenariat société civile, entreprises privées et organismes publics
Les seules forces du marché ne peuvent pas garantir la préservation et la promotion de la diversité culturelle, gage d’un développement humain durable. Dans cette perspective, il convient de réaffirmer le rôle primordial des politiques publiques, en partenariat avec le secteur privé et la société civile.
Ces partenariats ont pour fonction de stimuler la production, la sauvegarde et la diffusion de contenus diversifiés dans les médias et les réseaux mondiaux d’information, et, à cette fin, de promouvoir le rôle des services publics de radiodiffusion et de télévision.
Nous devons combattre le lobbying dans les questions publiques et notamment culturelles.
Les médias, associés aux pouvoirs publics, diffusent aujourd’hui sur la question du financement de la culture des stéréotypes qui ne correspondent pas à la réalité concrète de la création culturelle et de la recherche scientifique.
Le débat entre ceux qui soulèvent l’inquiétude de la rémunération des créateurs et des chercheurs, et ceux qui revendiquent un droit d’accès universel aux savoirs culturels et scientifiques a été dépassé sur le plan des idées depuis longtemps.
Ces deux approches sont complémentaires et l’une ne peut pas exister sans l’autre. L'objectif officiel du système du droit d'auteur a toujours été de trouver un équilibre entre les intérêts des éditeurs et ceux des consommateurs, afin de promouvoir la culture. Aujourd'hui, cet équilibre est complètement rompu, à tel point que les lois sur le copyright restreignent très sévèrement le but qu'elles étaient censées promouvoir.
Seul un point de vue mercantile et réducteur est aujourd’hui diffusé, méprisant non seulement la garantie historique du droit à la culture par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, mais également la simple consultation démocratique des artistes et des acteurs culturels sur leur propre rémunération. Le Parti pirate veut rétablir l'équilibre dans la législation du droit d'auteur.
Nous ne pouvons pas continuer à laisser les grandes sociétés des médias écrire et faire respecter leurs propres lois arbitraires.
Forger des partenariats entre secteur public, secteur privé et société civile est la seule manière de lutter contre les lobbies.
En associant étroitement les différents secteurs de la société civile à la définition des politiques publiques visant à sauvegarder et promouvoir la diversité culturelle, par la création d’espaces de dialogue démocratique entre les citoyens et l’Etat, en particulier sur Internet, les citoyens doivent exiger la garantie de contre-pouvoirs efficaces.
Nous devons également reconnaître et encourager la contribution que le secteur privé peut apporter à la valorisation de la diversité culturelle, et faciliter, à cet effet, la mise en place d’espaces officiels, transparents et publics de dialogue entre secteur public et secteur privé, soumis au contrôle démocratique des citoyens.
Il s’agit enfin de susciter à travers l’éducation une prise de conscience de la valeur positive de la diversité culturelle et améliorer à cet effet tant la formulation des programmes scolaires que la formation des enseignants. Le recul de la culture française ne peut être dissocié ni de l’éducation ni des politiques actuelles désastreuses de retrait des moyens affectés à l’éducation, la culture et la science.

- Proposer des politiques innovantes et créatives :
L’Etat doit mettre en place des politiques culturelles radicalement différentes afin de répondre à la mutation de la culture induite par Internet.
Tout en assurant la libre circulation des idées et des œuvres, les politiques culturelles doivent créer les conditions propices à la production et à la diffusion de créations culturelles diversifiés. Il y a une nécessité urgente pour l’Etat à agir directement sur les industries culturelles en leur donnant les moyens de s’affirmer à l’échelle locale et mondiale.
La politique culturelle de l’Etat doit utiliser tous les moyens d’action à sa disposition afin de revitaliser la culture française qui s’affaiblit de jour en jour.
Il s’agit premièrement d’un soutien opérationnel, c'est-à-dire de la création de nouvelles structures de productions culturelles publiques et de la réaffectation de moyens financiers plus considérables dans les structures publiques existantes. Ces structures culturelles auraient pour mission de rémunérer équitablement les créateurs et de donner une chance à des artistes inconnus de se lancer sur le marché de l’Art.
Deuxièmement, l’Etat a le devoir de réglementer les usages culturels afin de garantir un accès universel à la culture.
Toutes les copies non-commerciales ainsi que leur utilisation devraient être totalement gratuite. Le partage de fichiers et les réseaux Peer to Peer devraient être encouragés plutôt que criminalisés. Plus La culture et le savoir sont partagés plus ils seront valorisés. Internet pourrait devenir la plus grande bibliothèque publique de tous les temps.
Nous souhaitons également une interdiction complète des technologies DRM ainsi que des clauses contractuelles qui ont pour but de restreindre les droits légaux des consommateurs dans ce domaine.
La création d’une licence globale prélevée sur les abonnements des fournisseurs d’accès Internet légalisant le téléchargement est une mesure inévitable afin de compenser les pertes du secteur privé culturel, mais également afin de permettre à l’Etat de financer les usages culturels non commerciaux et les structures culturelles publiques. Les fournisseurs d’accès Internet, de même que les constructeurs de matériel informatique sont en effet directement responsables de la chute des bénéfices liés à la culture, puisqu’ils réalisent des bénéfices en progression constante par la vente de biens et de services d’accès à la culture. Les consommateurs n’ont pas à payer de supplément, puisqu’ils payent déjà un abonnement Internet et du matériel informatique à un prix exorbitant pour accéder à la culture. L’Etat doit réglementer ce prix et prélever une licence globale sous la forme d’une taxe sur les abonnements et le matériel informatique qui ne doit pas être répercutée sur les prix.
Le rôle de l’Etat est non seulement de sauvegarder la diversité culturelle en danger, mais également de sensibiliser les citoyens à la culture par sa promotion et sa diffusion.

- Les biens et services culturels, des marchandises pas comme les autres
Les productions culturelles humaines sont porteuses d’identité, de valeur et de sens, et à ce titre, elles ne doivent pas être considérées comme des produits comme les autres.
Ainsi la rémunération des auteurs et des artistes ne doit pas se limiter à un pourcentage sur les ventes, comme c’est le cas aujourd’hui.
Ce système n’est pas équitable, car il rémunère les artistes les plus vendus et non les plus doués ou les plus travailleurs.
Le système actuel ne permet pas la diversité de l’offre créatrice et met à l’écart les artistes les plus méritants, les laissant sans ressources et sans vecteurs de diffusion efficaces, appauvrissant ainsi notre culture.
L’intérêt du développement de la créativité contemporaine va dans le sens d’une rémunération équitable du travail créatif.
L’Etat doit protéger les usages culturels non-commerciaux afin de garantir une réelle diversité culturelle. Une rémunération équitable des auteurs doit être assurée par les structures culturelles publiques sur la base de critères qualitatifs. Nous devons abandonner le système de rémunération en fonction de l’audience et des ventes. Le monopole de l'auteur ou des ayants droit d'exploiter commercialement un travail esthétique devrait être limité à cinq ans après la publication. Personne n'a besoin de faire de l'argent soixante-dix ans après sa mort. Aucun studio de cinéma ou maison de disques ne fonde ses décisions d'investissement sur la probabilité que le produit sera intéressant à tous ceux qui vivront 100 ans plus tard. La vie commerciale des œuvres culturelles est terriblement courte aujourd'hui. Si vous n'avez pas fait de l'argent dans la première ou la deuxième année, vous n'en ferez probablement jamais. Une durée du droit d'auteur de cinq ans pour un usage commercial est plus que suffisant. L'utilisation non commerciale doit être gratuite dès la première journée.
La défense des droits des créateurs est indissociable du droit public d’accès à la culture, conformément à l’article 27 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
Le réseau Internet doit être pleinement utilisé pour diffuser la culture à tous par le téléchargement, mais également afin de permettre à tous de participer à la vie culturelle par une diffusion diversifiée des œuvres culturelles.

II) Abolition des brevets :
Humaniser la mondialisation

A) Solidarité internationale

La richesse des Occidentaux est probablement une des causes directes de l’appauvrissement du reste de la planète, du fait de l’histoire coloniale, et de l’exploitation des ressources naturelles de nombreux pays qui continue encore aujourd’hui. Pour s’en convaincre, il suffit de constater la différence entre le prix d’achat des ressources (pétrole, diamants, or) et le prix de revente dans notre pays.
Nous avons quoi qu’il en soit une responsabilité vis-à-vis de la pauvreté qui accable ces pays.
Les brevets sont un obstacle inacceptable à la production de médicaments dans les régions du globe où ils seraient les plus utiles. Les brevets pharmaceutiques tuent chaque jour des gens dans les pays du tiers monde. Ils empêchent notamment la recherche de sauver des vies en obligeant les scientifiques à verrouiller leurs conclusions en attendant la demande de brevet, au lieu de les partager avec le reste de la communauté scientifique.
Le dernier exemple en date est le virus de la grippe aviaire, où pas même la menace d'une pandémie mondiale n’a pu faire renoncer les instituts de recherche à obtenir un brevet et ainsi éviter un massacre.
Il est de notre devoir moral de faire parvenir non seulement les médicaments les plus récents et les plus performants aux pays pauvres, mais aussi de leur transmettre tous les savoir-faire médicaux les plus pointus afin qu’ils puissent se soigner décemment. Cela permettrait non seulement de résoudre ces problèmes, mais aussi d'accorder plus d'argent pour la recherche pharmaceutique tout en réduisant les dépenses publiques de médicaments de moitié.
La France et l’Europe doivent également transmettre toutes les technologies susceptibles d’accélérer le développement durable des pays en voie de développement, et lutter contre la fracture numérique en favorisant l’accès aux nouvelles technologies. Nous devons les aider à maîtriser les technologies de l’information et faciliter à la fois la circulation numérique des produits culturels endogènes et l’accès de ces pays aux ressources numériques d’ordre éducatif, culturel et scientifique, disponibles à l’échelle mondiale.
Nous exigeons encore le respect des conventions internationales, et notamment tous les fondements juridiques du Droit International, établis par L’ONU.
L’UNESCO a la responsabilité de servir d’instance de référence et de concertation entre les Etats, les organismes gouvernementaux et non gouvernementaux internationaux, la société civile et le secteur privé pour l’élaboration conjointe de politiques en faveur de la diversité culturelle. Cette instance doit être autorisée à exercer son rôle dans la remise en question des brevets et des droits d’auteur.
Il s’agit dans un premier temps d’approfondir le débat international sur les liens de la diversité culturelle avec le développement et son impact sur la formulation des politiques nationales et internationales.
Dans un second temps, l’objectif serait de créer une Loi internationale instaurant une licence globale mondiale pour toutes les productions culturelles et scientifiques, financée par les Etats.

B) Libre circulation des idées

L’Europe ne peut pas se construire sans le peuple européen. Nous constatons le refus par referendum, ferme et définitif, d’une constitution européenne inscrivant dans le marbre des principes économiques ultra-libéraux, par la France, les Pays-Bas et L’Irlande. Nous attendons donc que toutes les conséquences en soient tirées. L’Europe ne peut être unie par des principes économiques imposés arbitrairement à des peuples distincts qui n’en veulent pas. Le seul moyen d’unir les peuples européens est de les associer dans ce qu’ils ont de commun : l’Histoire, la Culture ; la Science et l’Art, ainsi que la Démocratie.
Nous condamnons le non respect des principes démocratiques les plus élémentaires par les institutions européennes, allant jusqu’à tenter par deux fois d’imposer le même texte constitutionnel, heureusement sans succès.
Pour unir l’Europe, nous préconisons la libre circulation des savoirs culturels et scientifiques sous leur forme numérique. La mobilité des chercheurs et des artistes, prise en charge par la communauté des Etats dans le cadre de programmes culturels et scientifiques européens, est également de nature à resserrer les liens.
Toutes les cultures doivent pouvoir s’exprimer et se faire connaître. Le multilinguisme, le pluralisme, la possibilité pour toutes les cultures d’être présentes dans les moyens d’expression et de diffusion, sont des conditions de nature à renforcer les capacités de création et de diffusion à l’échelle mondiale.
Des politiques favorisant l’inclusion et la participation de tous les citoyens, de personnes et de groupes venant d’horizons culturels variés, sont garantes de la cohésion sociale, de la vitalité de la société civile et de la paix.
Les brevets vont du "moralement répugnant" (comme les brevets sur les organismes vivants ou les médicaments) au « gravement nuisible » (brevets sur les logiciels et les méthodes d'affaires), en passant par le « tout simplement inutile » (les brevets sur les industries de manufacture). Les brevets et la propriété intellectuelle obstruent la libre circulation des savoirs culturels et scientifiques. Ils sont un obstacle aux conditions de la paix internationale, et doivent être abolis. L'Europe a tout à gagner et rien à perdre en supprimant purement et simplement les brevets. Si nous sommes des leaders, le reste du monde finira par suivre.


III) Défense des libertés individuelles :
Opposer une vision culturelle et scientifique aux lobbys industriels

A) Impératif éthique du respect de la dignité de la personne humaine

A la suite des évènements du 11 septembre 2001 aux États-Unis, l'Europe s'est laissé emporter dans une réaction de panique. Pour tenter de mettre fin au terrorisme, les Etats ont augmenté le niveau de surveillance et de contrôle sur l'ensemble de la population. L’Europe est le fruit d’une Histoire, et nous devrions savoir mieux que les autres que de telles politiques entraînent de grands risques totalitaires. Vingt ans se sont à peine écoulés depuis la chute du mur de Berlin.
Les nouvelles technologies et la science sont porteuses de grandes évolutions pour l’humanité, mais elles sont également susceptibles de nous mettre en danger si elles sont mal utilisées. L’aspect deshumanisant des biotechnologies et des technologies de surveillance réclame la plus grande prudence.
Ainsi, l’accompagnement de la commercialisation des innovations technologiques par des comités éthiques est nécessaire afin d’encadrer le progrès par une réflexion et une évaluation sereines.
Cet accompagnement doit être garanti par l’indépendance financière et politique des comités éthiques, mais également celle des organismes d’expertise et des autorités de contrôle.
De même, si les fichiers de renseignement peuvent être utiles, leur utilisation doit être réglementée, limitée et sévèrement contrôlée. Le fichage de l’ensemble de la population n’est pas une bonne solution, car en voulant protéger ainsi des êtres humains, on nie leur droit à une vie privée et on les asservit.

B) La diversité culturelle, patrimoine commun de l’humanité

La diversité culturelle est une source d’échanges, d’innovation et de créativité. Elle doit être transmise intacte et entière aux générations futures, au même titre que la biodiversité de notre planète. Le patrimoine, sous toutes ses formes, doit être transmis aux générations futures. En favorisant l’échange des connaissances, nous sauvegardons le patrimoine de l’humanité. La culture est un moyen d’accéder à une existence intellectuelle, affective, morale et spirituelle satisfaisante. L’article 27 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme garantit le droit à la culture. Les droits de l’homme sont universels, indissociables et interdépendants.
Toute personne doit pouvoir s’exprimer, créer et diffuser ses œuvres ; toute personne a le droit à une éducation et une formation de qualité ; toute personne doit pouvoir participer à la vie culturelle ; toute personne a droit au respect de sa propre culture et de ses choix de pratiques culturelles, dans la limite du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. La liberté d’expression, le pluralisme des médias, le multilinguisme, l’égalité d’accès aux expressions artistiques, au savoir scientifique et technologique – y compris sous la forme numérique – sont les garants de la diversité culturelle
Encourager l’accès universel, à travers les réseaux mondiaux, à toutes les informations qui relèvent de la Culture et de la Science, est le moyen le plus efficace de protéger et de valoriser notre patrimoine.


C) De nouveaux contre-pouvoirs

La démocratie doit s’adapter aux nouvelles possibilités offertes par les nouvelles technologies. Toutefois nous devons prendre garde à la fiabilité des technologies utilisées. L’abandon du vote électronique s’impose, car la manipulation des résultats sur les machines électroniques est extrêmement facile. De plus ces machines rendent le processus de vote et de décompte des voix opaque et empêchent tout contrôle des citoyens.
La démocratie représentative a aujourd’hui montré ses limites, puisque les représentants du peuple n’écoutent pas le peuple mais les lobbies industriels et financiers.
La mise en place d’assemblées locales dans chaque quartier, chaque arrondissement, chaque ville, chaque département et chaque région est une mesure de nature à introduire un réel contre-pouvoir incarné par la société civile elle-même. Il s’agit de promouvoir la démocratie directe dans notre régime politique.
Vu la difficulté de mise en œuvre de cette proposition, nous émettons l’idée de dématérialiser ces assemblées en leur donnant une forme numérique. Chaque assemblée numérique serait complètement indépendante des autres pour ce qui est de l’enregistrement des votes mais aussi pour le contenu des questions soumises au vote, ce qui empêchera la manipulation des résultats.
Internet est une technologie adaptée à la création de ce contre-pouvoir coalisant toutes les forces de la société civile, et ce notamment grâce à l’utilisation et l’amélioration des forums qui fleurissent déjà sur le web.
Une pyramide de forums publics s’étalerait, du quartier local jusqu’à l’échelon mondial, avec des sous-divisions spécifiques à certains domaines, mais également des forums généraux. Chaque échelon local élirait ses représentants au suffrage universel. Il y aurait des forums dont la consultation serait publique, mais la participation réservée aux élus. Il y aurait également des forums où tout le monde pourrait participer, proposer ses idées et commenter les débats des élus. Chaque prise de décision serait l’occasion d’assemblées locales réelles à trois temps de parole (société civile, majorité élue et opposition élue), lesquelles seraient filmées, enregistrées et diffusées sur le réseau. Techniquement, les forums Internet devraient présenter le même fonctionnement général à tous les échelons, mais la réalisation technique de ces forums devrait pouvoir varier selon les échelons locaux et serait régulièrement soumise à un vote pour choisir le logiciel le plus ergonomique et le plus efficace. Le fonctionnement général serait soumis à certains principes :

- des arbitres neutres seraient chargés d’assurer le fonctionnement technique des forums, le respect des droits de l’homme au cours des débats et l’illustration de ces débats au moyen de supports vidéo, audio et texte. Ils devraient s’assurer du classement thématique des préoccupations des participants.
Leurs responsabilités d’administration et de modération seraient votées au suffrage universel.

- Chacun serait libre d’apporter aux débats ses sources, ses idées et d’initier de nouveaux sujets s’ils n’ont pas été déjà ouverts sur le forum en question.

- Les élus au suffrage universel de chaque forum auraient pour fonction de faire la synthèse des différents sujets et de faire transiter cette synthèse à l’échelon supérieur, de diffuser ces synthèses dans tous les médias et de les faire parvenir jusqu’au pouvoir public.

- Chaque synthèse devrait donner lieu à un débat contradictoire, avec un espace de réponse prévu pour les opposants et les partisans, suivi d'un vote au suffrage universel.


IV) Agir dès à présent

Zones Autonomes Temporaires (TAZ)

Une zone autonome temporaire est un espace de manifestation, de revendication et de création artistique. Il s’agit de prendre possession d’un lieu ou d’un bâtiment. Une TAZ doit se donner un objectif, et dès que cet objectif est rempli ou que la zone est menacée par des forces de police, tous les participants doivent partir et se diriger vers une autre zone où attendent des renforts et des réserves d’eau, de boissons chaudes, et de nourriture. La communication par sms doit permettre à tous les participants de se coordonner en se donnant des lieux de rendez-vous.

Lieux d’action :

Rue, Lycées, Universités, laboratoires, sièges de radios, de télévision, de journaux, sièges d’entreprises, maisons de disque, studio de cinéma, maisons d’éditions, siège des Fournisseurs d’accès à Internet, lieux de grèves, de manifestations, transports publics, institutions (ministères, Assemblée Nationale, Sénat), …

Objectifs des TAZ :

Distribution de tracts
Diffusion des idées dans les médias (Internet, journaux, radios, télévisions)
Manifestation
Grève
Occupation de locaux publics ou privés
Blocage des institutions (lycée, université, …)
Création artistique, diffusion d'œuvres, spectacle, …
Dernière édition par Berserk le ven. 24 juil. 2009, 21:44, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
cry-stof
Archange des mers
Messages : 5557
Inscription : mer. 10 juin 2009, 10:08
Localisation : strasbourg
Contact :

Messagepar cry-stof » ven. 24 juil. 2009, 19:54

Berserk a écrit :IV) Agir dès à présent

Zones Autonomes Temporaires (TAZ)

Une zone autonome temporaire est un espace de manifestation, de revendication et de création artistique. Il s’agit de prendre possession d’un lieu ou d’un bâtiment. Une TAZ doit se donner un objectif, et dès que cet objectif est rempli ou que la zone est menacée par des forces de police, tous les participants doivent partir et se diriger vers une autre zone où attendent des renforts et des réserves d’eau, de boissons chaudes, et de nourriture. La communication par sms doit permettre à tous les participants de se coordonner en se donnant des lieux de rendez-vous.

Lieux d’action :

Rue, Lycées, Universités, laboratoires, sièges de radios, de télévision, de journaux, sièges d’entreprises, maisons de disque, studio de cinéma, maisons d’éditions, siège des Fournisseurs d’accès à Internet, lieux de grèves, de manifestations, transports publics, institutions (ministères, Assemblée Nationale, Sénat), …

Objectifs des TAZ :

Distribution de tracts
Diffusion des idées dans les médias (Internet, journaux, radios, télévisions)
Manifestation
Grève
Occupation de locaux publics
Blocage des institutions (lycée, université, …)
Création artistique, …

là j'ai du loupé un truc faudras qu'on m'explique
Pour ne pas être perdu: mode d'emploi
Mailing Régional
"ne demande pas au PP ce qu'il peut faire pour toi mais ce que tu peux faire pour le PP"
j'autorise les modérateurs à corriger mes messages
http : / / ppfr.it mon raccourcisseur d'url officiel pour moi

Avatar de l’utilisateur
Berserk
Loup de mer
Messages : 701
Inscription : mer. 27 mai 2009, 23:43

Messagepar Berserk » ven. 24 juil. 2009, 20:05

là j'ai du loupé un truc faudras qu'on m'explique

Cette contribution est une proposition de réflexion individuelle que j'ai rédigée.
Les trois éléments que tu as mis en gras sont des possibilités d'action, dont nous devrions discuter.
Toutefois vu les résultats obtenus par les grèves et les blocages, personnellement je n'adhère plus à ces modes d'action.
Je pense aujourd'hui qu'il vaudrait mieux occuper des locaux d'entreprises privées, c'est pourquoi je modifie mon texte en ajoutant "occupation de locaux publics ou privés"

Je n'ai pas l'impression que tu aies lu ce texte avant de le commenter, qqdqq.

Si tu as des idées d'action sous forme de TAZ qui te conviendraient plus et qui ne sont pas citées, n'hésite pas à nous en faire part.

Avatar de l’utilisateur
cry-stof
Archange des mers
Messages : 5557
Inscription : mer. 10 juin 2009, 10:08
Localisation : strasbourg
Contact :

Messagepar cry-stof » ven. 24 juil. 2009, 21:03

Si crois-moi j’ai lu le texte et j'étais d'accord tout du long jusqu'à ce que j’arrive sur la partie sélectionner
Et j’ai mis en gras ce qu’on m’a toujours qu’on ne ferait pas au saint du pp
Mon idée à moi et yveslouis était bien plus pacifique c’était par exemples de chercher des artistes qui sont d’accord de diffuser leurs œuvres en libre
Trouver des locaux pour organiser des manifestations gratuites avec ces œuvres ou on invite l’artiste à expliquer son choix on demande juste une participation libre a la fin de manière as ce que chacun y trouve son compte
1 les gens qui viennent ont passé un bon moment
2 l’artiste qui se fait connaître et gagne de l’argent
3 nous bien sur
A la toute fin de la manif officiel donc sans charge de police on en profite pour invité les gens qui le souhaiterais a rester a notre manifestation politique ou on profite de nous vendre
Bien sur j’ai raccourci l’idée
Ps: merci Capt_Molk
Pour ne pas être perdu: mode d'emploi
Mailing Régional
"ne demande pas au PP ce qu'il peut faire pour toi mais ce que tu peux faire pour le PP"
j'autorise les modérateurs à corriger mes messages
http : / / ppfr.it mon raccourcisseur d'url officiel pour moi

Avatar de l’utilisateur
Berserk
Loup de mer
Messages : 701
Inscription : mer. 27 mai 2009, 23:43

Messagepar Berserk » ven. 24 juil. 2009, 21:43

Oui cette idée est intéressante, elle combine la manifestation avec la diffusion artistique et la promotion de nos idées.
Le seul inconvénient, c'est qu'il faut un budget pour trouver des locaux.

Ce que tu proposes ça ressemblerai à une sorte de "rencontre fnac" version pp, mais on pourrait envisager d'organiser des concerts avec des artistes libres aussi.

La question que je me pose, c'est de savoir si ce genre d'action serait attirante pour des médias comme la télévision ou la radio et leur donnerait envie de couvrir l'évènement.
Pour les radios, peut être, mais la télé c'est moins sûr.

Les manifestations officielles sont bonnes à faire, parce qu'elles permettent de réunir du monde pour se rencontrer, discuter, etc.

Mais des opérations coup de poing, disons avec une vingtaine de militants, et la presse avertie, pourraient être efficaces du point de vue de l'impact médiatique.
Par exemple, on pourrait faire un petit sitting chez universal ou la fnac et se donner un objectif simple comme composer un poème coopératif, le réciter sous l'oeil des caméras et partir.
Ou alors jouer une pièce de théatre sauvage dans la fnac, ou encore chanter une chanson devant l'assemblée nationale à un moment où il y a du monde, ...

Il y a plein de possibilités pour agir pacifiquement, et même une grève est un mode d'action pacifique, même si je pense qu'il faut utiliser ce mode d'action uniquement en cas de grève générale dans tout le pays, si on ne veut pas ridiculiser les avancées sociales obtenues grâce aux grèves.

L'effet de surprise des actions coup de poing attire les médias, donc je pense que nous ne devrions pas les abandonner sans y réfléchir.
Souvenez vous du drapeau déployé par RSF sur Notre Dame lors du passage de la flamme olympique : c etait une opération coup de poing pacifique, médiatique, très bien menée. Nous pourrions nous en inspirer à mon avis.

Avatar de l’utilisateur
cry-stof
Archange des mers
Messages : 5557
Inscription : mer. 10 juin 2009, 10:08
Localisation : strasbourg
Contact :

Messagepar cry-stof » ven. 24 juil. 2009, 21:59

Je croie que tu oublis un truc c’est que j’ai jamais vu un partir politique faire appel a la grève ou as occupé des locos
Ça c’est le rôle des syndicats voir des associations
Pour mon idée de manifestation je ne pensais pas au media exactement mais pourquoi pas
Mais plutôt as de petites manifestations bien ciblées
Genre concert pour les jeunes
Diffuser des films pour les jeunes et les moins jeunes
Faire des expos photos ou dessins etc.
Le prix serais pas si cher que ça vu qu’on inviterait des artiste qui prône le libre comme nous donc gratuit
On invite les gens gratuitement
A la fin de la manif on invite les gens a contribuer a leurs bon cœur en leurs expliquant que le libre as un coup et que si ils contribuent financièrement ils auront une déduction fiscal
Apres on ce partage les gains pp artiste ou autres
Comme ça les gens passe un bon moment on passe une image positive du libre et du pp
Les artistes ce font connaitre
Enfin voilà quoi tout le monde serais gagnant nous les artiste le libre
Et surtout ça montrerais de façon efficace et réaliste que nos idées du libre est la bonne et qu’il y as une autre façon de consommer
Pour ne pas être perdu: mode d'emploi
Mailing Régional
"ne demande pas au PP ce qu'il peut faire pour toi mais ce que tu peux faire pour le PP"
j'autorise les modérateurs à corriger mes messages
http : / / ppfr.it mon raccourcisseur d'url officiel pour moi

Avatar de l’utilisateur
Berserk
Loup de mer
Messages : 701
Inscription : mer. 27 mai 2009, 23:43

Messagepar Berserk » ven. 24 juil. 2009, 22:35

De nombreux partis politiques ont appelé à la grève pas plus tard qu'en 2009 : http://www.europe1.fr/Info/Actualite-Fr ... -mars/(gid)/202446

PS , NPA , LO etc.

Donc un parti politique peut appeler à la grève.

Pour ce qui est des occupations de locaux, le NPA est assez radical dans ses prises de position il me semble pour les séquestrations des dirigeants dans leur entreprise.

De toute façon, le parti pirate n'a rien à voir avec ces partis car il ne se trouve ni à gauche ni à droite ni au centre. Ce n'est pas un parti comme les autres.

Il ne faut pas avoir le reflexe action militante = gauche.
mais plutot action militante = colère
ou encore action = dynamique

Je pense que même à droite les français sont prêts à agir ou à résister quand c'est nécessaire.

Le parti pirate ne devrait pas appeler à la grève (sauf en cas de grève générale) à priori, mais des actions coup de poing pacifiques pourraient être médiatiquement efficaces.
Ces actions pourraient permettre de canaliser la colère des militants les plus remontés, et en les encadrant de cette manière nous pourrions leur éviter de faire n'importe quoi.

De toute façon les pirates vont devoir sortir de derrière leur écran et bouger leurs fesses s'ils veulent faire un parti.
Nous voulons tous agir. Il s'agit de savoir comment, donc discutons en.


dans un autre registre, une remarque :

t surtout ça montrerais de façon efficace et réaliste que nos idées du libre est la bonne et qu’il y as une autre façon de consommer

Le Parti Pirate n'est pas une association pour la promotion du libre.
Même s'il est proche des idées du monde du libre, il y a d'autres alternatives économiques pour le marché de la culture que nous ne pouvons pas ignorer.

La diversité économique dans le marché culturel, la libre concurrence des modèles culturels privés, étatiques et libres, sans oublier le mécénat, est une idée qui réunira tous les pirates et pas seulement ceux de gauche ou de droite.

Les artistes libres ont besoin des producteurs privés ou de mécènes pour les repérer et les diffuser au plus grand nombre s'ils sont d'accord, mais ils ont aussi besoin de l'Etat pour les rémunérer lorsque la qualité de leurs œuvres est bonne et qu'ils ne touchent aucune rémunération, ou pour mettre à leur disposition des salles de concert ou des infrastructures d'enregistrement et de diffusion.

D'ailleurs, pour cette question des salles, est ce qu'on ne pourrait pas contacter des mairies écolos ou communistes et leur demander de nous prêter une salle ? Les mairies font ce genre de choses pour les associations.

Encore une chose : tant que nous n'avons pas présenté de représentant à une élection, nous ne sommes pas un parti légalement mais une association.
Dernière édition par Berserk le ven. 24 juil. 2009, 22:50, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
cry-stof
Archange des mers
Messages : 5557
Inscription : mer. 10 juin 2009, 10:08
Localisation : strasbourg
Contact :

Messagepar cry-stof » ven. 24 juil. 2009, 23:10

Berserk a écrit :De nombreux partis politiques ont appelé à la grève pas plus tard qu'en 2009 : http://www.europe1.fr/Info/Actualite-Fr ... -mars/(gid)/202446

PS , NPA , LO etc.

Donc un parti politique peut appeler à la grève.

bon allez ok

Berserk a écrit :Pour ce qui est des occupations de locaux, le NPA est assez radical dans ses prises de position il me semble pour les séquestrations des dirigeants dans leur entreprise.

De toute façon, le parti pirate n'a rien à voir avec ces partis car il ne se trouve ni à gauche ni à droite ni au centre. Ce n'est pas un parti comme les autres..

tu l'as dit le parti pirate n'as rien a voir alors pour quoi cité ces parti là précisément ?

Berserk a écrit :Il ne faut pas avoir le reflexe action militante = gauche.
mais plutot action militante = colère
ou encore action = dynamique

moi je prefere dire
action positive en réalisant le genre de manifestation que je cite
grève= négatif
manifestation comme tu l’entend = négatif
donc pour donné une bonne image du pp proposons une autres politique que celle actuel que tu cite
parce que si c’est pour faire la même chose qu’au npa je vais au nap alors

Berserk a écrit :Je pense que même à droite les français sont prêts à agir ou à résister quand c'est nécessaire.

surement mais le ferais t'il comme tu le propose?

Berserk a écrit :Le parti pirate ne devrait pas appeler à la grève (sauf en cas de grève générale) à priori, mais des actions coup de poing pacifiques pourraient être médiatiquement efficaces.
Ces actions pourraient permettre de canaliser la colère des militants les plus remontés, et en les encadrant de cette manière nous pourrions leur éviter de faire n'importe quoi.

Tu canaliserais la colère par des actions violentes ? Là faudra que tu m’explique

Berserk a écrit :De toute façon les pirates vont devoir sortir de derrière leur écran et bouger leurs fesses s'ils veulent faire un parti.
Nous voulons tous agir. Il s'agit de savoir comment, donc discutons en.

alors là 100% d'accord avec toi


dans un autre registre, une remarque :

t surtout ça montrerais de façon efficace et réaliste que nos idées du libre est la bonne et qu’il y as une autre façon de consommer

Berserk a écrit :Le Parti Pirate n'est pas une association pour la promotion du libre.
Même s'il est proche des idées du monde du libre, il y a d'autres alternatives économiques pour le marché de la culture que nous ne pouvons pas ignorer.

tu n'as pas compris mon message c'était une idées parmi d'autres a venir pour attirer du monde a une manifestation positive pour qu’a la fin de cette manifestation on inviter le public a partir ou rester au débat politique
une bonne image donne plus envie de votez qu’une mauvaise


Berserk a écrit :La diversité économique dans le marché culturel, la libre concurrence des modèles culturels privés, étatiques et libres, sans oublier le mécénat, est une idée qui réunira tous les pirates et pas seulement ceux de gauche ou de droite.

on est d'accord

Berserk a écrit :Les artistes libres ont besoin des producteurs privés ou de mécènes pour les repérer et les diffuser au plus grand nombre s'ils sont d'accord, mais ils ont aussi besoin de l'Etat pour les rémunérer lorsque la qualité de leurs œuvres est bonne et qu'ils ne touchent aucune rémunération, ou pour mettre à leur disposition des salles de concert.

Je pense que là y as débat
A mon avis il est possible d’avoir des artistes libres des producteurs libre etc.... Et que ceux qui veulent je pense qu’il est possible en changeant la politique et les mentalités de créé des artistes libres qui soit rémunérer librement
Et qu’as coté de ça ceux qui veulent garder le modèle économique actuel puisse le faire
Et je suis sur que les 2 modèles peuvent coexister sans problèmes



Berserk a écrit :D'ailleurs, pour cette question des salles, est ce qu'on ne pourrait pas contacter des mairies écolos ou communistes et leur demander de nous prêter une salle ? Les mairies font ce genre de choses pour les associations.

Ce genre de remarque veux dire que les mairie de droite peuvent pas prêter leurs salle ??
Attentions toi aussi quand tu écris on à l’impression que le pp veut allez a gauche



Berserk a écrit :Encore une chose : tant que nous n'avons pas présenté de représentant à une élection, nous ne sommes pas un parti légalement mais une association.

ok on est d'accord là dessu aussi
Pour ne pas être perdu: mode d'emploi
Mailing Régional
"ne demande pas au PP ce qu'il peut faire pour toi mais ce que tu peux faire pour le PP"
j'autorise les modérateurs à corriger mes messages
http : / / ppfr.it mon raccourcisseur d'url officiel pour moi

Avatar de l’utilisateur
Berserk
Loup de mer
Messages : 701
Inscription : mer. 27 mai 2009, 23:43

Messagepar Berserk » ven. 24 juil. 2009, 23:40

Tu canaliserais la colère par des actions violentes ? Là faudra que tu m’explique

Je n'ai jamais parlé ni défendu d'action violente !
Jouer une pièce de théatre dans une fnac ou réciter un poème chez universal ne sont pas des actions violentes.
Une grève n'est pas une action violente.
Une action n'est pas violente sous prétexte qu'elle n'est pas officielle.

Tu ne m'as pas compris.
Tout ce que j'ai proposé, ce sont des actions surprises pacifiques pour attirer les médias.
Et si on réfléchit bien à une action pacifique mais dynamique qui fera parler de nous, je dis que ceux d'entre nous qui ont besoin d'exprimer leur colère seront canalisés au lieu d'agir par eux mêmes sans encadrement, c'est tout.

Ce genre de remarque veux dire que les mairie de droite peuvent pas prêter leurs salle ?

La vérité, c'est qu'aucun maire UMP ou même PS ne voudrait nous prêter une salle. Les écolos sont nos alliés au parlement européen et les communistes sont généralement ouverts aux initiatives citoyennes.
Si tu trouves un élu ump ou PS qui soutient le parti pirate, préviens moi.

Avatar de l’utilisateur
cry-stof
Archange des mers
Messages : 5557
Inscription : mer. 10 juin 2009, 10:08
Localisation : strasbourg
Contact :

Messagepar cry-stof » sam. 25 juil. 2009, 00:16

Berserk a écrit :
Tu canaliserais la colère par des actions violentes ? Là faudra que tu m’explique

Berserk a écrit :Je n'ai jamais parlé ni défendu d'action violente !.

je te repondrais par tes propres propos
quote=Berserk]...Une TAZ doit se donner un objectif, et dès que cet objectif est rempli ou que la zone est menacée par des forces de police, tous les participants doivent partir et se diriger vers une autre zone où attendent des renforts et des réserves d’eau, de boissons chaudes, et de nourriture. La communication par sms doit permettre à tous les participants de se coordonner en se donnant des lieux de rendez-vous.

Lieux d’action :

Rue, Lycées, Universités, laboratoires, sièges de radios, de télévision, de journaux, sièges d’entreprises, maisons de disque, studio de cinéma, maisons d’éditions, siège des Fournisseurs d’accès à Internet, lieux de grèves, de manifestations, transports publics, institutions (ministères, Assemblée Nationale, Sénat), …

Objectifs des TAZ :

Distribution de tracts
Diffusion des idées dans les médias (Internet, journaux, radios, télévisions)
Manifestation
Grève
Occupation de locaux publics
Blocage des institutions (lycée, université, …)
Création artistique, …

Berserk a écrit :Jouer une pièce de théatre dans une fnac ou réciter un poème chez universal ne sont pas des actions violentes.

on est daccord là dessus
Berserk a écrit :[Une grève n'est pas une action violente.

pas toujours violente mais toujours négative
qui dit grève dit discutions plus possible
si la discussion devient impossible alors l’idée de grève pourquoi pourrais être envisager

Berserk a écrit :[Une action n'est pas violente sous prétexte qu'elle n'est pas officielle.

on est presque d'accord tout dépend du choix d'action bien sur

Berserk a écrit :[Tu ne m'as pas compris.
Tout ce que j'ai proposé, ce sont des actions surprises pacifiques pour attirer les médias.
Et si on réfléchit bien à une action pacifique mais dynamique qui fera parler de nous, je dis que ceux d'entre nous qui ont besoin d'exprimer leur colère seront canalisés au lieu d'agir par eux mêmes sans encadrement, c'est tout..

sur tes derniers postes effectivement je le comprend comme ça
mais sur ton premier poste que je re-cite plus haut j'ai du mal a comprendre effectivement


Ce genre de remarque veux dire que les mairie de droite peuvent pas prêter leurs salle ?

Berserk a écrit :[La vérité, c'est qu'aucun maire UMP ou même PS ne voudrait nous prêter une salle. Les écolos sont nos alliés au parlement européen et les communistes sont généralement ouverts aux initiatives citoyennes.
Si tu trouves un élu ump ou PS qui soutient le parti pirate, préviens moi.

allez la dernière je te l'accorde
Pour ne pas être perdu: mode d'emploi
Mailing Régional
"ne demande pas au PP ce qu'il peut faire pour toi mais ce que tu peux faire pour le PP"
j'autorise les modérateurs à corriger mes messages
http : / / ppfr.it mon raccourcisseur d'url officiel pour moi

Avatar de l’utilisateur
alyanaa
Quartier-Maître pirate
Messages : 562
Inscription : sam. 02 mai 2009, 11:47
Localisation : Brest
Contact :

Messagepar alyanaa » sam. 25 juil. 2009, 00:41

Si tu trouves un élu ump ou PS qui soutient le parti pirate, préviens moi.

Si ils sont dans un parti, aucune chance qu'ils soutiennent un autre parti politique... Sauf les deputés, puisque beaucoup n'ont pas de parti. C'est eux qu'on devrait essayer de recuperer. Puis avec brard, ça a l'air de bien passer, du moins il relaye les infos de cwicket a l'assemblé nationale, et ça sert ! ;)

domil
Matelot
Messages : 177
Inscription : mar. 16 juin 2009, 00:17

Messagepar domil » sam. 25 juil. 2009, 04:07

Berserk a écrit :Mais des opérations coup de poing, disons avec une vingtaine de militants, et la presse avertie, pourraient être efficaces du point de vue de l'impact médiatique..

Pour que tout le monde se moque, oui, ça serait efficace.
20 personnes, ça va faire rigoler tout le monde.
Je lisais ici et là, des gens se moquer de manif anti-hadopi à 100 personnes, retournant l'argument : s'ils ne sont que 100 c'est que tous les autres sont d'accord avec la loi.

Ce type d'action n'est pas celles d'un parti politique

domil
Matelot
Messages : 177
Inscription : mar. 16 juin 2009, 00:17

Messagepar domil » sam. 25 juil. 2009, 04:18

alexlegones a écrit :
Si tu trouves un élu ump ou PS qui soutient le parti pirate, préviens moi.

Si ils sont dans un parti, aucune chance qu'ils soutiennent un autre parti politique... Sauf les deputés, puisque beaucoup n'ont pas de parti.

Oh oui, ils sont beaucoup : 8 députés non inscrits sur 577 dont
- François Bayrou : président du Modem
- Abdoulatifou Aly : membre du Modem
- Véronique Besse : membre de la direction du MPF
- Dominique Souchet : membre de la direction du MPF
- Jean Lassalle : modem
- Nicolas Dupont-Aignan et François-Xavier Villain de Debout la République

Reste
Daniel Garrigue : Gaulliste ayant quitté l'UMP à cause du sarkozysme

Dans les autres groupes, ils sont ultra-majoritairement dans un parti, ou si proche que jamais ils ne quitteront pour un parti sans aucun programme économique, sociale et politique (et surtout sans aucun moyen financier et sans image faisant qu'ils sont surs de perdre leur siège de député aux prochaines élections)

Avatar de l’utilisateur
Résistance
Loup de mer
Messages : 949
Inscription : mer. 17 juin 2009, 16:03
Localisation : Sxxx (x9)

Messagepar Résistance » sam. 25 juil. 2009, 04:20

Bon, déjà, c'est pas trop mal écrit, je te reconnais vraiment ça. En général (même toujours), je suis contre ces posts longs qui abordent pleins de points à la fois, parce que c'est étouffant, surtout pour les moins à l'aise avec la lecture, et c'est tellement plus facile à commenter quand c'est traité point par point et d'en tirer à la fin un texte long, commun, après discussions claires de chaque chose, une par une. En plus, ça évite que les gens fuient la discussion ou se braquent par rapport à un point alors que tant d'autres pourraient leur plaire.
Je vais séparer mon énorme post en 2 (du lourd appelle du lourd lol), car ma première remarque me semble mériter vraiment son propre post, si importante à mes yeux !

Allez go pour mes coms.

1. Est-ce une propos de V2 du manifeste ? (j'ai bien vu le boulot de recoupement des topics, notamment celui-là ^^)

2. Une contribution = aide que chacun apporte à une oeuvre commune --> prise de position du PP sur l'échiquier politique ?
A) Changer de modèle économique

Face à la crise, les pouvoirs publics n’ont pas su prendre d’autre mesure que de renflouer les caisses des banques avec l’argent des contribuables.
Ce n’est pas acceptable. Le système bancaire est en faillite.

La crise actuelle démontre que notre système économique est non seulement instable, mais également inéquitable, amplifiant les inégalités sociales.
Il est de notre devoir de citoyens d’alerter l’opinion publique et de proposer un nouveau modèle économique, stable et performant.
Les valeurs bancaires, fleurons de l’économie traditionnelle européenne, sont aujourd’hui dépassées par les mutations culturelles et scientifiques actuelles, qui ouvrent de vastes perspectives pour la création et l’innovation.
Trop de retard a déjà été pris.
Sans plus attendre, notre société doit se détourner des valeurs matérialistes et déshumanisantes propagées par le système de la spéculation financière, et se tourner vers l’avenir.
La plus grande richesse de la France au sein de l’Europe et de la communauté internationale, ce n’est plus la puissance de production industrielle ni son successeur, le système bancaire.
Notre plus grande richesse aujourd’hui est incarnée par la Culture : les Sciences et le savoir-faire technologique ; l’Art et les créations culturelles.
Dans le domaine industriel, les entreprises françaises n’ont aucune chance de résister à la concurrence internationale, en raison d’une main d’œuvre trop qualifiée, moins nombreuse et donc trop chère, ce qui provoque des délocalisations désastreuses sur le plan de la vitalité économique de notre pays.
Le domaine financier est quant à lui instable et précaire : certes, il maintient temporairement l’économie française à un niveau de richesse, mais au prix de l’inégalité sociale et au risque de voir tout le système s’effondrer en temps de crise.
Les Français ne sont ni les meilleurs dans le domaine industriel ni les meilleurs dans le domaine bancaire.

Je ne crois pas que ceci apporte une quelconque aide à une oeuvre commune, au contraire je pense que cette partie va dans le sens de nous faire basculer vers une orientation politique à gauche, si ce n'est plus, un peu style préjugés que tous ne vont pas partager ici (je ne parle pas forcément pour moi ^^). Cela n'est pas constructif, voire même contre-productif et risquerait de nous diviser. Je n'ai vu aucune prise de position à ce niveau au PP, ni aucune discussion officielle allant dans ce sens, il s'en garde même afin de pouvoir rassembler des gens de tous bords vers des objectifs communs, et il rassemble des gens de tous bords d'ailleurs, à mon plus grand plaisir.
Ces positions sont selon moi d'ordre privé (et j'en discute de manière personnel ici, comme beaucoup, mais pas au nom du PP ou pour qu'il prenne position à ce niveau). Même si je te rejoignais sur cet ordre de pensée, je bataillerais pour qu'il ne s'impose pas au PP, celui-là ou un autre, afin qu'il n'en exclut personne. L'idée commune à tous pour moi au niveau de notre place sur l'échiquier politique se résume en 1 mot à défendre : démocratie, qui est valable pour tous. C'est même valable pour un parti qui tendrait à gouverner (je trouve ça plus honnête de dire on fera voter des propositions discutées, contre-argumentées, ouvertes aux citoyens, que de dire on est de droite ou gauche, parce que c'est bien souvent faux et mensonger dans l'application).
C'est ce que nous devons prôner, à défaut de nous dire "central" ce qui est aussi une position sur l'échiquier politique actuel. Pour bibi, on se situe au-dessus de ça. Prendre position sur ça reviendrait à nous tirer une balle dans le pied... Nous y perdrions la moitié des membres et des futurs membres, si ce n'est plus, y compris certains de ceux qui partagent cette vision de la société. En effet, ils ne sont pas ici pour défendre celle-ci, mais des points communs à beaucoup. Sinon, autant aller adhérer au NPA pour les ultra, au PS pour les socialos, à l'UMP pour les libéraux, les alters aux alters, etc (de plus, je trouve que catégoriser les gens ainsi, c'est nimp, suivant les sujets, les positions divergent)... Ce n'est pas le but recherché ici, je crois.

Bref, je ne pense pas que le PP ait pour vocation de se prononcer sur tout ça. Pour moi, quel que soit le système, je dis bien "quel que soit", le PP a pour valeur de proposer des améliorations ou des changements pour le bien de tous et de manière démocratique, au minimum contributive.
Car dire "notre système économique est non seulement instable, mais également inéquitable, amplifiant les inégalités sociales", si jamais on le fait au nom du PP, c'est prendre une sacrée position (presque du genre le système est mauvais, alors quoi qu'il arrive, on s'oppose, et non on essaye d'améliorer ensemble ce qui est).
Tiens, en parlant de ça, au passage, un avis totalement personnel et étranger au PP : Aucun système n'est mauvais en soi, ce sont les applications desdits systèmes qu'en font les Hommes et les régulations apportées par ceux-là même qui sont mauvaises... soit l'Homme est mauvais à la base... ^^ Après, c'est sûr que certains systèmes peuvent sembler meilleurs de prime abord, mais nous en discuterons de manière privée, enfin pas pour une déclaration officielle, si tu le souhaites (voir si nous nous rejoignons sur quelques points). ;)

Le point A) Changer de modèle économique d'ordre général n'a pas sa place dans le I) Réforme du droit d’auteur niveau PP, mis à part ce dernier paragraphe, très bien tourné d'ailleurs :
les Français sont pionniers en matière d’innovation scientifique et technique et de création artistique et culturelle.
Or, les politiques successives des pouvoirs publics ont ignoré ces atouts, ce qui nous a conduits à un retrait des moyens alloués à l’éducation, la culture et la recherche scientifique.
Nous devons, par le biais de l’expression démocratique, alerter l’opinion publique sur le fait que nous sommes en train de perdre nos plus grandes richesses.
Exigeons ensemble d’appuyer le développement économique sur nos ressources les plus importantes : l’éducation, la culture, la science, les nouvelles technologies et l’innovation.
Inventons un développement durable fondé sur la préservation et la valorisation de notre patrimoine culturel et scientifique.

NB : Oui pOP, tu as raison dans le message plus bas : Je disais tout ça relativement à la 1ère question de mon post, est-ce une proposition de manifeste v2 (Bers' a présenté son post comme celui-ci et la forme le laisse penser (I A/B II, etc)), proposition d'un truc officiel quoi, mais, bien sûr, si ce n'est pas dans le but de faire un communiqué ou un manifeste, oubliez mon commentaire, pas de problème sur le partage et l'échange des idées, rien n'empêche d'en papoter ! ;)
Dernière édition par Résistance le sam. 25 juil. 2009, 05:52, édité 1 fois.
Finis ce que tu as commencé ! // Détermine l'Avenir, et tu conditionnes le Présent !!!
Lesver (ne cherchez pas, c'est un perso d'une ébauche de livre. ^^)
--------------------------------------------------
Simple membre inconnu et peu productif - 30 (et presque 2) ans

Avatar de l’utilisateur
Résistance
Loup de mer
Messages : 949
Inscription : mer. 17 juin 2009, 16:03
Localisation : Sxxx (x9)

Messagepar Résistance » sam. 25 juil. 2009, 04:36

B) Rémunérer la création et garantir le droit à la culture
...

Je passe sur le début, ok, un peu long, très intéressant et belle plume. D'ailleurs, je crois que ton post rouvre plein de débats, ci de l'initiative :
(je me permets par ailleurs de renvoyer avec des liens aux parties du fofo qui portent sur les multiples points abordés dans ce métapost)


La création d’une licence globale prélevée sur les abonnements des fournisseurs d’accès Internet légalisant le téléchargement est une mesure inévitable afin de compenser les pertes du secteur privé culturel, mais également afin de permettre à l’Etat de financer les usages culturels non commerciaux et les structures culturelles publiques. Les fournisseurs d’accès Internet, de même que les constructeurs de matériel informatique sont en effet directement responsables de la chute des bénéfices liés à la culture, puisqu’ils réalisent des bénéfices en progression constante par la vente de biens et de services d’accès à la culture. Les consommateurs n’ont pas à payer de supplément, puisqu’ils payent déjà un abonnement Internet et du matériel informatique à un prix exorbitant pour accéder à la culture. L’Etat doit réglementer ce prix et prélever une licence globale sous la forme d’une taxe sur les abonnements et le matériel informatique qui ne doit pas être répercutée sur les prix.

ça mérite discussion, argumentation, contre-argumentation, proposition, ect, point intéressant soulevé de nouveau à ne pas négliger. Pour ma part, je ne l'affirmerais pas d'emblée, par exemple "compenser les pertes du secteur privé culturel", ces pertes demandent à être démontrées avant qu'on leur concède d'office que le DL engendre des pertes pour eux et les compenser (même si les FAI payent pour nous ^^). Pourquoi pas plus dans le sens taxe pour le mécénat global, et à voir comment c'est redistribué, et prôner à côté la libre diffusion non commerciale de la culture. De plus, se rapprocher, ou au moins discuter, d'une position internationale avec le PPI me semble assez important.
Bref, papotons, proposons, relançons les topics :
Licence ou mécénat global ? --> http://www.partipirate.org/forum/viewforum.php?id=45
Pour avant, Taxe pour copie privée --> http://www.partipirate.org/forum/viewforum.php?id=9

Nous devons abandonner le système de rémunération en fonction de l’audience et des ventes.

C'est-à-dire ? De quel système tu parles, genre SACEM, l'industrie culturelle en général ?
Le monopole de l'auteur ou des ayants droit d'exploiter commercialement un travail esthétique devrait être limité à cinq ans après la publication.
Une durée du droit d'auteur de cinq ans pour un usage commercial est plus que suffisant.

Ah, même en littérature ? Quand une oeuvre publiée précédemment peut n'être reconnue et achetée en nombre que 5 ou 10 ans après ?
Qui touchera une partie des bénéfs des ventes des oeuvres sur support après ces 5 ans, uniquement l'industrie culturelle ? Plus du tout les auteurs ? L'usage commercial ne s'arrêtera pas du tout au bout de 5 ans, certaines personnes aiment les supports, cd, dvd, papier (la mort du livre même avec le net, j'y crois pas)... Et pourquoi pas toujours ce genre de droits pompés sur l'usage commercial et reversés à la mort de l'auteur à un pot commun destinés aux différents auteurs ?
Je ne vois pas d'opposition entre les deux, ni pourquoi les opposer plutôt que de les faire cohabiter, grâce à une réforme, que la diffusion à but non commercial soit acceptée (/obligatoirement), pourquoi pas même dès le début avec une autre forme de revenus équitables, et, d'un autre côté, que des droits soient perçus par un auteur (jusqu'à sa mort même) via l'usage commercial (s'il l'a choisi), avec les supports produits par l'industrie... + des aménagements suivant le type d'oeuvres. Je croyais que notre but était de réformer, notamment de légaliser et d'encadrer (paternité) la diffusion et l'utilisation non commerciale, pas de supprimer les revenus que pourrait se faire un auteur intime de son vivant avec des à-côtés issu de l'usage ultra-commercial. De plus, le problème vient plus des auteurs ou des diffuseurs ? (par contre sur le monopole d'exploitation des diffuseurs au bout de 5 ans, là on peut en discuter c'est clair ^^)
Je te donne un exemple très fictif : si j'étais édité, l'oeuvre devrait pouvoir être diffusée, modifiée, utilisée gratuitement dans un but non lucratif avec le respect de la paternité, voire même dans un but lucratif à petite échelle ou dans un produit ne visant pas l'oeuvre directement (genre citation, reprise dans un film, lecture, chanson, etc), je ne suis même pas forcément pour une "taxe" te rémunérant pour ça. Mais, par contre, je ne verrais pas pourquoi l'industrie pourrait l'exploiter et se faire du blé sans reverser des droits de tout mon vivant. Ensuite à ma mort, je trouverais logique qu'une partie des bénéfs faits avec l'oeuvre sur support soit reversée aux futurs artistes par un système de partage.
C'est vrai que je n'y connais pas grand chose, bien que je compte y remédier, peut-être que j'ai mal saisi la teneur de ce passage. ^^
ça a le mérite de réouvrir la discussion aussi et c'est un vaste sujet à affiner, non ?
Droits d'auteurs --> http://www.partipirate.org/forum/viewforum.php?id=23

L'utilisation non commerciale doit être gratuite dès la première journée.

Autant sur la réforme (pas l'abrogagtion) du droit d'auteur, je suis pour mais partagé entre les solutions, j'attends de revoir un gros débat avec plusieurs points de vue, autant pour ça, je suis 150% d'accord avec toi.


II) Abolition des brevets :
Humaniser la mondialisation

A) Solidarité internationale

Je m'inscris dans la ligne de ton message, mais ça fait aussi foutu débat dans les chaumines et les topics appropriés loool
Pour ceux que ça intéresse :
Les brevets: brevets logiciels et brevetabilité du vivant --> http://www.partipirate.org/forum/viewforum.php?id=48
notamment ici http://www.partipirate.org/forum/viewtopic.php?id=1671

B) Libre circulation des idées
L’Europe ne peut pas se construire sans le peuple européen. Nous constatons le refus par referendum, ferme et définitif, d’une constitution européenne inscrivant dans le marbre des principes économiques ultra-libéraux, par la France, les Pays-Bas et L’Irlande. Nous attendons donc que toutes les conséquences en soient tirées. L’Europe ne peut être unie par des principes économiques imposés arbitrairement à des peuples distincts qui n’en veulent pas...
Nous condamnons le non respect des principes démocratiques les plus élémentaires par les institutions européennes, allant jusqu’à tenter par deux fois d’imposer le même texte constitutionnel, heureusement sans succès.

Idem que dans mon 1er post, trop orienté politiquement (même s'il se pourrait que je partage quelques vues, d'ailleurs je pref dire "pas assez sociale", c'est bcp - orienté), je ne suis pas sûr que la constitution n'ait été refusée que vis à vis du critère "économie ultra-libérale", c'est approprier à cette idée le vote de gens qui peuvent avoir refusé sur d'autres critères, les amalgames orientés ne sont jamais bon pour l'image, c'est la façon de faire des politiques que nous, quoi ?, exécrons tant...
Pourquoi toujours condamner ou avancer des affirmations négatives sur ce que même certains de nous contesteraient plutôt que défendre et d'affirmer simplement des principes et des idéaux que nous avons en commun sans ambiguïté. Le discours positif est toujours plus productif et plus attrayant.
Le seul moyen d’unir les peuples européens est de les associer dans ce qu’ils ont de commun : l’Histoire, la Culture ; la Science et l’Art, ainsi que la Démocratie.

Voilà, affirmer ça, ça veut dire quasi la même, ça suffit et c'est un discours qui appelle au positif. Je plussoie ! ;)

Les brevets vont du "moralement répugnant" (comme les brevets sur les organismes vivants ou les médicaments) au « gravement nuisible » (brevets sur les logiciels et les méthodes d'affaires), en passant par le « tout simplement inutile » (les brevets sur les industries de manufacture). Les brevets et la propriété intellectuelle obstruent la libre circulation des savoirs culturels et scientifiques. Ils sont un obstacle aux conditions de la paix internationale, et doivent être abolis. L'Europe a tout à gagner et rien à perdre en supprimant purement et simplement les brevets. Si nous sommes des leaders, le reste du monde finira par suivre.

Termes beaucoup trop forts, personne ne peut contester que le système des brevets a favorisé l'évolution scientifique qui est extraordinaire depuis 2 siècles, mais pas non plus le changement d'ère (mondiale) et l'apparition de gros abus --> modération ou même changement de système = réformer, modifier, changer - dire abolir de but en blanc c'est trop rentre-dedans.
+ même lien qu'avant sur les brevets, le point de vue que nous apportent certains biologistes nous ayant rejoints est intéressant et à prendre en compte ou au moins à débattre (opinion personnelle bien sûr).

J'aime beaucoup la suite très positive :
Pour unir l’Europe, nous préconisons la libre circulation des savoirs culturels et scientifiques sous leur forme numérique. La mobilité des chercheurs et des artistes, prise en charge par la communauté des Etats dans le cadre de programmes culturels et scientifiques européens, est également de nature à resserrer les liens.
Toutes les cultures doivent pouvoir s’exprimer et se faire connaître. Le multilinguisme, le pluralisme, la possibilité pour toutes les cultures d’être présentes dans les moyens d’expression et de diffusion, sont des conditions de nature à renforcer les capacités de création et de diffusion à l’échelle mondiale.
Des politiques favorisant l’inclusion et la participation de tous les citoyens, de personnes et de groupes venant d’horizons culturels variés, sont garantes de la cohésion sociale, de la vitalité de la société civile et de la paix.

Comme ce qui suit :

III) Défense des libertés individuelles :
Opposer une vision culturelle et scientifique aux lobbys industriels

A) Impératif éthique du respect de la dignité de la personne humaine

A la suite des évènements du 11 septembre 2001 aux États-Unis, l'Europe s'est laissé emporter dans une réaction de panique. Pour tenter de mettre fin au terrorisme, les Etats ont augmenté le niveau de surveillance et de contrôle sur l'ensemble de la population. L’Europe est le fruit d’une Histoire, et nous devrions savoir mieux que les autres que de telles politiques entraînent de grands risques totalitaires. Vingt ans se sont à peine écoulés depuis la chute du mur de Berlin.
Les nouvelles technologies et la science sont porteuses de grandes évolutions pour l’humanité, mais elles sont également susceptibles de nous mettre en danger si elles sont mal utilisées. L’aspect deshumanisant des biotechnologies et des technologies de surveillance réclame la plus grande prudence.
Ainsi, l’accompagnement de la commercialisation des innovations technologiques par des comités éthiques est nécessaire afin d’encadrer le progrès par une réflexion et une évaluation sereines.
Cet accompagnement doit être garanti par l’indépendance financière et politique des comités éthiques, mais également celle des organismes d’expertise et des autorités de contrôle.
De même, si les fichiers de renseignement peuvent être utiles, leur utilisation doit être réglementée, limitée et sévèrement contrôlée. Le fichage de l’ensemble de la population n’est pas une bonne solution, car en voulant protéger ainsi des êtres humains, on nie leur droit à une vie privée et on les asservit.

B) La diversité culturelle, patrimoine commun de l’humanité

La diversité culturelle est une source d’échanges, d’innovation et de créativité. Elle doit être transmise intacte et entière aux générations futures, au même titre que la biodiversité de notre planète. Le patrimoine, sous toutes ses formes, doit être transmis aux générations futures. En favorisant l’échange des connaissances, nous sauvegardons le patrimoine de l’humanité. La culture est un moyen d’accéder à une existence intellectuelle, affective, morale et spirituelle satisfaisante. L’article 27 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme garantit le droit à la culture. Les droits de l’homme sont universels, indissociables et interdépendants.
Toute personne doit pouvoir s’exprimer, créer et diffuser ses œuvres ; toute personne a le droit à une éducation et une formation de qualité ; toute personne doit pouvoir participer à la vie culturelle ; toute personne a droit au respect de sa propre culture et de ses choix de pratiques culturelles, dans la limite du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. La liberté d’expression, le pluralisme des médias, le multilinguisme, l’égalité d’accès aux expressions artistiques, au savoir scientifique et technologique – y compris sous la forme numérique – sont les garants de la diversité culturelle
Encourager l’accès universel, à travers les réseaux mondiaux, à toutes les informations qui relèvent de la Culture et de la Science, est le moyen le plus efficace de protéger et de valoriser notre patrimoine.

"L’Europe est le fruit d’une Histoire, et nous devrions savoir mieux que les autres que de telles politiques entraînent de grands risques totalitaires. Vingt ans se sont à peine écoulés depuis la chute du mur de Berlin." --> Convaincre par la peur... Les politiques dont tu parles dans ce petit paragraphe connaissent bien ça. ;)
Sinon, mis à part cette phrase, le reste de ta réflexion est très bien tournée, équilibrée. D'ailleurs c'est quand tu écris comme ça que je trouve que tu donnes le meilleur et que ton message porte, bon passage, intéressant pour bibi en l'occurrence.

C) De nouveaux contre-pouvoirs

Je ne me suis jamais trop penché sur la question, l'idée que tu y développes me semble plutôt pas mal, ça mériterait de relancer un topic uniquement là-dessus. C'est dans le programme du PP, ou c'est juste un mode de fonctionnement que tu proposes, y compris pour le PP en interne, afin d'être débattu, développé ?

Zones Autonomes Temporaires (TAZ)

Perso, je te rejoins sur le TAZ, on en a déjà parlé dans le topic là-dessus, du moment qu'on respecte la liberté d'expression des autres autant qu'on veut qu'on respecte la nôtre (contre le hackage d'un site où l'on ne pense pas comme nous, par exemple ^^) et qu'on ne détruit pas "gratuitement", je suis souvent pour. :)
Mais je trouve que c'est bizarre de retrouver uniquement une allusion au TAZ dans ce texte, ça y fait un peu ovni et ça limite le champ des possibles, non ? Alors qu'il y a aussi plein d'autres moyens d'agir différents (qqdqq : c'est vrai que c'est aussi une excellente idée). C'est le genre de truc à réfléchir pour chaque action à envisager et à débattre à part des principes évoqués dans le post.
Dans Agir dès à présent, se regrouper ça semble le seul point à mettre, parler de force collective et collaborative, c'est ce qui correspond le plus au ton du texte. A moins de détailler tous les moyens d'action à notre portée, en commençant par la création d'une vraie branche politique. :)


Enfin, mis à part le tout début auquel je m'oppose vivement, attaché à la neutralité du PP à ce niveau, et la tonne de remarques, surtout sur la forme (trop longue, plein de mini débats regroupés en 1 texte) et le ton (trop vindicatif de temps en temps), je trouve le reste vraiment sympa, quand t'es positif, t'as un truc pour écrire. ;)

NB à titre totalement personnel encore : le pire c'est que je te suis sur beaucoup, mais je crois qu'une petite pointe de "colère" ressort parfois, c'est ce qui fait que j'accroche pas sur certains passages. J'ai toujours pensé que la colère te braque et braque tes opposants. Je préfère largement tes passages avec de l'engouement, de l'espoir, je trouve cela beaucoup plus constructif et productif.

NB2 : si on contacte des maires, c'est plusieurs de différents bords qu'il faudra faire, on verra qui accepte, ne contacter qu'1 ou 2 étiquettes politiques nous catégorisera d'office, ce n'est pas le but. De plus, il y a des cons dans tous les partis, comme des mecs ouverts qui prêteraient une salle, non au nom du PP en tant que tel, mais au nom de la "démocratie".

NB3 : je suis plus pour affirmer dans un 1er temps des principes généraux, les idées précises évoluent et doivent évoluer avec le temps, et les membres

Edit : fautes
Dernière édition par Résistance le sam. 25 juil. 2009, 05:56, édité 1 fois.
Finis ce que tu as commencé ! // Détermine l'Avenir, et tu conditionnes le Présent !!!
Lesver (ne cherchez pas, c'est un perso d'une ébauche de livre. ^^)
--------------------------------------------------
Simple membre inconnu et peu productif - 30 (et presque 2) ans


Revenir vers « Éducation »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité